Revue de presse

La ville de La Chaux-de-Fonds se dit hackée par un faux troll, mais il n’y a pas grand monde pour trouver ça comique

Une opération de com de la métropole horlogère des Montagnes neuchâteloises fait un bide. Cher payées pour une cité aux finances fragiles, ces errances numériques, aux limites de la déontologie, sont jugées contre-productives

Alors que le canton de Vaud tient la corde ce mardi matin dans la presse suisse avec le dénouement inattendu du procès Credit Suisse, le succès croissant des JOJ et la démission fracassante de son premier citoyen, dans celui de Neuchâtel, on ne parle plus, depuis deux jours, que d’une drôle d’idée de la ville de La Chaux-de-Fonds. Celle-ci a orchestré ce week-end un faux piratage informatique, sous le label «Le Fond-du-Fonds, métrollpole horlogère», pour tordre les clichés sur la cité des Montagnes dont les autorités s’estiment être victimes. Un faux troll a ainsi distillé sur les comptes Facebook et Instagram de la ville des informations pour se moquer de ces préjugés, mais le procédé passe assez mal dans l’opinion. C’est le moins que l’on puisse dire.

Une ville victime du même syndrome que Moudon en terres vaudoises? «Les images négatives qui collent à La Chaux-de-Fonds sont un peu comme le sparadrap dont le capitaine Haddock n’arrive pas à se défaire», a notamment déclaré ce lundi Théo Bregnard, président du Conseil communal. Mais «le meilleur moyen pour combattre les préjugés est de les affronter par l’humour», se justifie-t-il. Avec un brin de maladresse, hésitant et peu sûr de lui, comme dans le Forum radiophonique de RTS-La 1ère lundi soir: