Ah l’imaginaire collectif! Il nous arrange bien pour donner du sens à de nombreuses choses qui n’en ont pas forcément. Le monde du vin n’y échappe pas. Selon ce système d’interprétations, chaque sexe aurait ses préférences en matière de nectars. Et donc chaque vin aurait son public. Le rosé ou les bulles? Féminin. Les vins blancs secs? Masculin. Les vins rouges élevés en fût? Masculin. Les vins doux? Féminin. Mais existe-t-il vraiment des vins d’hommes et des vins de femmes?