Comment appelait-on déjà cela autrefois? La cohésion nationale? La communauté? Le consensus démocratique? La notion de «vivre-ensemble» s’impose dans le vocabulaire politique pour parler des normes acceptées pour former une société. Or il faut pourtant bien constater que la définition de ce «vivre-ensemble» divise de plus en plus deux camps: ceux qui s’inquiètent de la «dictature des minorités» et ceux qui dénoncent la «tyrannie de la majorité». C’est notre Kulturkampf de ce début de siècle.

Lire aussi: Le «vivre-ensemble» helvétique à l’épreuve de la CEDH