Opinion

Voile intégral: Adèle et Ada, oui mais…

OPINION. Ada Marra, Adèle Thorens et Olivier Français, tous trois candidats au Conseil des Etats, ont répondu négativement à la question d’interdire le visage caché sous le niqab, la burqa et d’autres avatars intégraux, s’offusque Nadine Richon, cofondatrice du Réseau laïque romand

Prenons trois candidats au Conseil des Etats, Ada Marra et Adèle Thorens, beau ticket rose-vert selon moi, et le PLR Olivier Français. Je ne vais pas me contenter de vous parler du canton de Vaud. Il se trouve que ces trois honorables personnes ont répondu négativement à la question d’interdire le visage caché sous le niqab, la burqa et d’autres avatars intégraux, puisque l’imagination masculine ne manque pas lorsqu’il s’agit d’effacer les femmes sur cette planète.

Evidemment, l’état même de la planète pourrait rendre caduc le sujet du voilement féminin, comme la plupart des sujets d’ailleurs. Ce texte vise seulement à faire le point sur la question des voiles, si importante pour des millions de femmes dans le monde mais aussi ici en Suisse, si l’on veut bien se mettre trois secondes à la place de parents dont la fille convertie tombe dans ce piège. Le voile intégral touche d’abord quelques femmes étrangères… va-t-on dire que l’on se fiche de leur situation? Il concerne surtout les touristes du Golfe… va-t-on les conforter dans les pratiques sexistes dont elles pâtissent ou avons-nous un autre message à faire passer?