S’il vous est déjà arrivé de prétendre que vous n’avez pas reçu le mail dont vous parle votre interlocuteur, méfiez-vous: il est probable qu’il sache que vous mentez. Selon un article récent dans Wired, une personne sur cinq traque le courriel qu’il envoie et reçoit un accusé de réception lorsqu’il est lu. Il peut même savoir quand, combien de fois il a été ouvert et depuis quelle espèce d’appareil il a été consulté.

Nous avons été en contact avec des utilisateurs qui sont traqués par leurs conjoints, leurs amis, leurs collègues et leurs concurrents

Florian Seroussi, fondateur d’OMC

Autrefois, cette pratique était confinée aux commerciaux leur permettant de collecter des données sur les destinataires et de mesurer le succès de leurs campagnes. Mais la nouveauté consiste dans le nombre surprenant et croissant de mails suivis, qui sont envoyés non par des entreprises, mais par des intimes ou des connaissances. «Nous avons été en contact avec des utilisateurs qui sont traqués par leurs conjoints, leurs amis, leurs collègues et leurs concurrents», explique Florian Seroussi, fondateur d’OMC, une société qui propose des solutions intelligentes pour la gestion du courrier électronique.

A notre insu

On est habitué à voir sur WhatsApp un double check bleu qui indique que le message a été lu. Dans les SMS et sur Facebook, on voit aussi de petits points clignotants au moment où quelqu’un commence à écrire un commentaire. Mais ce qui est horripilant, avec le traçage du courrier électronique, c’est qu’il se fait le plus souvent à notre insu et de manière masquée.

Une étude récente a examiné les courriers émanant de 14 000 sites populaires. Elle a révélé que 85% d’entre eux étaient pourvus de traqueurs et, parmi eux, 30% transmettent nos adresses électroniques à des sociétés extérieures sans notre consentement.

Solutions possibles

«Etonnamment, alors qu’il existe d’innombrables études sur les méthodes utilisées pour pister les internautes sur le Web, le suivi par courrier électronique a fait l’objet de peu de recherches», apprend-on dans un document publié par trois informaticiens de Princeton en octobre dernier. Cela signifie que des milliards de mails sont envoyés chaque jour à des millions de personnes qui n’ont jamais donné leur accord.

Des solutions existent pour bloquer les traqueurs de courriel, ils s’appellent Ugly Email, PixelBlock ou Trackbuster. Encore faut-il être au courant.


Chronique précédente

L’aide aux réfugiés s’organise sur Facebook

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.