Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un duel glamour de faux frères, ici à l'US Open en 2015.
© JASON SZENES

Revue de presse

Wawrinka, droit dans les yeux de la statue du Commandeur Federer

Le duel 100% helvétique qui voit s’affronter ce jeudi Roger Federer et Stanislas Wawrinka en demi-finale de l’Open de tennis d’Australie fait saliver. Largement au-delà de nos «petites» frontières médiatiques

La demi-finale de l’Open de tennis d’Australie est «évidemment l’événement du jour pour toute la Suisse du sport et plus encore». Le duel entre ces deux joueurs d’exception que sont Roger Federer et Stanislas Wawrinka passionne la Rod Laver Arena de Melbourne, sous peu le théâtre d’un affrontement où chacun, dans une bonne partie de la presse internationale, «y va de son pronostic», comme a pu le constater 24 Heures.

Lire aussi: Roger Federer et Stan Wawrinka, inséparables et si différents

Car il s’agit de «bien plus qu’une demi-finale», écrit Eurosport. Pour Wawrinka, «triple vainqueur en Grand Chelem, ce sera l’occasion de «tuer» le grand frère». Et pour Federer, «de concrétiser un retour au premier plan aussi rapide qu’inespéré». L’avis de cette chaîne TV, c’est que le Bâlois «adore affronter des joueurs qu’il côtoie depuis longtemps, […] dont il connaît les points forts, mais surtout les points faibles. […] De son côté, le Vaudois […] n’est plus le même homme, ce sera même lui le favori sur la feuille. Un statut qu’il n’a pas étrenné très souvent face à son aîné mais qu’il est en mesure d’honorer, droit dans les yeux de la statue du Commandeur.»

Lire aussi: A l’Open d’Australie, Stan Wawrinka attend Roger Federer

Cela signifie aux yeux du Figaro que «s’il a fini par s’émanciper, sans redouter le poids de la comparaison avec son glorieux aîné», il faudra voir s’il en a «fini de son complexe d’infériorité» face à son aîné. «J’ai le sentiment qu’il est plus facile pour moi de jouer Stan que pour Stan de m’affronter», n’hésite pas à affirmer Federer. Après son premier sacre en Grand Chelem ici à Melbourne, en 2014, «Stan the Man» avait confié qu’il se sentirait «toujours N°2 suisse par rapport […] au meilleur joueur de tous les temps» et se disait «à des années-lumière de lui».

Lire aussi: Roger Federer rejoint Stan Wawrinka en demi-finale de l’Open d’Australie

C’est donc non seulement «une affiche forcément alléchante que ce duel 100% helvétique», selon Le Point, mais encore «un rendez-vous qui pourrait donner le ton de la saison de tennis». A ce stade, dit le vétéran Marc Rosset au Parisien, «c’est peut-être du 51% Federer et 49% Wawrinka…» Il ajoute que la majorité des Suisses «n’est pas dans le clivage»: les gens ont «surtout envie de voir un Suisse remporter l’Australian Open. […] On sera contents pour celui qui va gagner et déçus pour l’autre, quel qu’il soit. Personnellement, ça me fait ch… qu’ils se jouent en demie et pas en finale. Si on a une finale Federer-Nadal, ça sera une sorte de revival inenvisageable voilà encore 15 jours» – «une finale de légende» selon le quotidien sportif espagnol Marca. «Mais si on a Wawrinka-Nadal, on ne boudera pas notre plaisir non plus.»

Lire aussi: A l’Open d’Australie, le tennis suisse à son apogée

Encore faut-il que Rafa Nadal, aussi «revenant» que le Bâlois, passe sa demi-finale à lui, vendredi contre Grigor Dimitrov. Et «l’aisance affichée» par Federer, «son panache, son petit jeu de jambes et ses coups d’une pureté exceptionnelle en font un candidat sérieux au titre», juge le site sportif de France Télévisions. Car «quand les chats ne sont pas là, les souris dansent. Les éliminations précoces de Novak Djokovic et Andy Murray, les deux ogres de la saison 2016, ont permis à cette compétition d’offrir un vrai suspense aux fans». Et l’occasion dont dispose «Rodgeur» de «prouver son grand retour au plus haut niveau n’a jamais été aussi concrète. Un 5e sacre à Melbourne et surtout un 18e Grand Chelem lui tendent les bras. L’histoire serait si belle.»

«Roger Federer, sa femme et ses quatre enfants sont en Australie depuis Nouvel An, et leur séjour dure beaucoup plus longtemps que prévu», fait pour sa part remarquer le Daily Mail britannique. Et de se demander si «Wawrinka ne sera pas sa prochaine victime». En attendant de connaître la réponse à cette question torturante, «le derby suisse est servi», dit une Gazzetta dello sport époustouflée par les matchs précédents des deux Suisses, dont le New York Times raconte aussi longuement l’épopée fraternelle mais néanmoins pavée d’étapes de réelle rivalité.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)