Il fallait s’y attendre. L’élite économique mondiale s’attelle donc à l’urgence climatique de mardi à vendredi: le 50e Forum de Davos s’ouvre mardi avec le président américain Donald Trump et la militante écologiste Greta Thunberg, aux visions diamétralement opposées sur les défis environnementaux, dans «un climat électrique» pour Le Monde. Mais rien n’indique qu’ils s’y rencontreront, comme l’a très bien sous-entendu Patrick Chappatte dans Le Temps samedi dernier:

Le premier des deux, aux convictions climatosceptiques revendiquées, ouvre le bal. Il doit faire son allocution quelques heures avant l’ouverture à Washington de son procès en destitution. Il y a deux ans, le président américain avait été plutôt bien accueilli par les grands patrons dans les Grisons, qui avaient retenu ses largesses fiscales plutôt que ses diatribes contre le libre-échange.