Revue de presse

Xamax, bouté hors du panthéon suisse du foot, est revenu de nulle part

Les Neuchâtelois sont promus en Super League pour la saison 2018-2019. C'est une magnifique récompense pour un club coulé, il y a six ans, par la gestion catastrophique de Bulat Chagaev 

La défaite, ce week-end, de Schaffhouse contre Rapperswil-Jona ôte tout enjeu au derby romand prévu ce lundi soir au stade de Genève: Neuchâtel Xamax ne peut désormais plus être rejoint au sommet de la Challenge League de football et assure ainsi sa promotion en Super League pour la prochaine saison. «Nous sommes champions!» clament les joueurs sur la page d’accueil du club revenu de nulle part; «2278 jours après la faillite», précise le site de la Swiss Football League. C’est une ascension record après que le club fut bouté hors du panthéon et mis en faillite à la suite de «la gestion catastrophique de son propriétaire de l’époque, Bulat Chagaev», commentent les sites de Tamedia.

Lire aussi: Xamax promu, Sion et Lausanne en danger

Arcinfo parle d'«une saison de rêve», en signalant que «les rouge et noir pourront étrenner leur titre […] sur la pelouse de Servette». Ils retrouvent «ainsi l’élite qu’ils avaient quittée en 2012 à la suite de la faillite […]. S’ils sont titrés sur le terrain, […] les Xamaxiens (comme l’ensemble des équipes d’ailleurs) doivent encore attendre le verdict de la commission des licences, prévu lundi. Mais il ne devrait s’agir que d’une formalité.» En l’attendant, le hashtag #6ansapres fait déjà un malheur sur Twitter.

Bravo, donc, «à tous ceux qui ont participé au redressement de ce club suite aux passages de Messieurs Chagaev et Bernasconi», s’enthousiasme un lecteur de 20 minutes, dans la foulée du «c’est le paradis!» du président Christian Binggeli. Lequel salue l'«énorme travail du comité, du secteur sportif, des autorités, des supporters, des sponsors. Si on m’avait dit, quand je suis arrivé, que l’on retrouverait la Super League dans six ans, je n’y aurais pas cru. Car je pensais que Xamax n’aurait plus jamais les moyens d’évoluer dans l’élite.»

C’est que le club revient de loin. «Exclu de la 1re division début 2012 puis tombé en faillite, [il] a dû repartir en 2e ligue interrégionale en 2012/13. Puis les promotions se sont succédé: 1re ligue classique en 2013/14, Promotion League en 2014/15 et Challenge League en 2015/16. «Nous avons gravi les étages un à un. […] Nous avons appris, année après année, à être plus performants.» Résultat: «Les footballeurs «rouge et noir» recevront officiellement le trophée le lundi 21 mai lors du dernier match de la saison régulière contre Wil à La Maladière», complète la radio régionale RTN.

Les félicitations et les clins d’œil affluent aussi sur les réseaux sociaux, dont Arcinfo a encore fait le tour, avec des messages des autorités cantonales, des supporters et même du… Servette, très fair-play sur ce coup-là. Et même un Twitto qui a vu ce dimanche «la plus belle page une du Teletext de tous les temps». Ou «au moins depuis 1988», date du dernier sacre des Xamaxiens, alors champions suisses:

Sur la page Facebook du club, enfin, un internaute veut rendre hommage à: «la famille Binggeli, qui a reconstruit intelligemment et brique après brique le club et faisant tout juste pendant six ans; Michel Decastel, son professionnalisme et ses compétences qui nous ont amenés au sommet; Roberto Cattilaz qui a repris l’équipe au moment où plus personne se sentait concerné par le destin du club, sans son travail et son abnégation, il n’aurait ensuite jamais pu hisser notre équipe où elle est actuellement; les frères Yakin et quelques bons joueurs qui ont eu l’excellente idée de quitter Schaffhouse en cours de route; […] Gilbert Facchinetti qui a soutenu et suivi l’équipe tant que sa santé le permettait.»

Lire aussi: Les articles du «Temps» sur Xamax et la saga Chagaev

Sans oublier, bien sûr, «les nombreux joueurs qui avaient une belle situation ailleurs et qui sont revenus au bercail en acceptant de jouer pour un salaire bien moindre». Voilà pourquoi, conclut un autre commentateur, «la légende ne meurt jamais!!!!! Fier d’être Neuchâtelois et fier d’être Xamaxien!!!!! Un bel accomplissement pour toutes ces années de travail.»

Publicité