Nouvelles frontières

Comment Xi Jinping a marginalisé Donald Trump

Alors que Donald Trump s’enlise dans les scandales, Xi Jinping accueille à Pékin un sommet qui promet une nouvelle phase de la globalisation, explique notre chroniqueur Frédéric Koller

Le contraste pouvait difficilement être plus saisissant. Alors que Xi Jinping accueille dimanche et lundi à Pékin une conférence qui n’annonce rien de moins qu’une «nouvelle ère des relations internationales», Donald Trump s’enlise à Washington, embourbé dans les scandales et les contradictions de sa politique de l’«Amérique d’abord» – qui peut se résumer à «Trump d’abord».

La comparaison est de mise, le repli imposé aux Etats-Unis par la Maison-Blanche et l’affaiblissement du pays qui l’accompagne ouvrant un boulevard inespéré à la Chine. Ce moment de bascule, Pékin l’avait anticipé dès l’élection du nouveau président américain. Début janvier, Xi Jinping prononçait deux discours en Suisse pour souligner ce tournant, le premier à Davos sur la globalisation économique, le second à Genève sur le multilatéralisme, deux jours avant l’investiture de Donald Trump.

Donald Trump essaie de rattraper le train en marche

La conférence de Pékin est la traduction de ces discours en actes. Du moins veut-elle donner un nouveau souffle à une idée – datant de trois ans – qui a eu de la peine jusqu’ici à se concrétiser: le lancement d’un vaste programme de développement des infrastructures pour promouvoir le commerce de la Chine avec ses voisins, cela jusqu’en Europe. Cette Route de la soie des temps modernes, comme le dit Pékin, doit marquer une nouvelle phase de la globalisation, une globalisation qui ne se fera plus sous l’impulsion de l’Occident mais «entre partenaires égaux».

Les messages de Pékin

Vingt-neuf chefs d’Etat et de gouvernement – dont Doris Leuthard – vont répondre présent. Ce qui est moins qu’espéré par le pouvoir chinois. Dans un commentaire, l’agence Chine nouvelle souligne la très forte présence de représentants de l’ONU et des organisations internationales (de nombreux responsables en poste à Genève vont faire l’aller-retour ce week-end, tout comme le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet).

Ce sera l’occasion pour la Chine de faire passer plusieurs messages. D’un côté, l’annonce d’un certain nombre d’accords et de contrats (y compris pour la Suisse dans le domaine financier) est destinée à donner une impulsion pour démarrer la construction de nouveaux chantiers financés par Pékin et sa Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII). De l’autre, Pékin devra rassurer ceux qui dénoncent une politique néocoloniale ou un plan Marshall à la chinoise destiné à élargir sa zone d’influence.

Au-delà de l’opération de communication, il est indéniable que la Chine se positionne comme le leader d’une certaine forme de globalisation, sans craindre les contradictions avec la réalité des politiques protectionnistes qu’elle applique sur son territoire. Et si la Route de la soie s’est résumée jusqu’ici à des inaugurations d’itinéraires de chemin de fer qui n’ont rien de très nouveau, il pourrait en aller différemment avec la construction de lignes à grande vitesse, un domaine où la Chine est désormais en pointe.

Prendre le train en marche

L’Europe a montré jusqu’ici son intérêt pour ces initiatives chinoises mais, à vrai dire, sans grand enthousiasme. Les Etats-Unis se sont pour leur part mis sur la touche. Barack Obama avait refusé de s’engager dans la BAII. Une erreur qui pouvait s’expliquer en partie par la volonté de créer un espace de libre-échange transpacifique concurrent des projets chinois.

Après avoir brisé l’accord transpacifique obtenu par son prédécesseur et menacé Pékin de guerre commerciale, Donald Trump essaie de rattraper le train en marche en envoyant ce week-end une délégation dans la capitale chinoise. Mais il s’est marginalisé. Résultat: en quelques mois, le rapport de force entre Washington et Pékin s’est inversé. L’accord commercial «historique» annoncé par la Maison-Blanche vendredi entre les deux pays en est la meilleure preuve.

Publicité