L’Obs le rappelait en mai dernier: il y avait dans le remarquable film Cannes 1939, le festival n’aura pas lieu de Julien Ouguergouz, une séquence qui «se déroule le soir du 22 août 1939 au Palm Beach, à quelques jours d’une première édition» d’un festival bientôt avorté: «Filmée par une cohorte de journalistes, une fête bat son plein, réunissant un cortège de stars américaines fraîchement débarquées» sur la Croisette.

Dans une insouciance presque coupable, «on siffle des coupes de champagne, on danse, les premières fusées transpercent la nuit azuréenne, promettant un feu d’artifice du tonnerre. Mais au même moment, le tonnerre – le vrai – se met à gronder sur la ville. Juste avant que les premières gouttes de pluie ne s’écrasent sur l’argenterie et les petits fours – l’assistance veut encore croire à un effet de mise en scène – les images d’archives capturent avec une précision inouïe cette brusque irruption de la nature en forme de mauvais présage.»