Le 16 mai 1920, le peuple suisse était appelé à se prononcer sur l’entrée ou non du pays à la Société des Nations. Cette nouvelle organisation proposée au monde par les puissances victorieuses était appelée à garantir la paix et la sécurité et à mettre en œuvre la coopération entre les peuples en vue de leur assurer une prospérité tant attendue après les terribles souffrances et privations subies durant les années du premier conflit mondial.

Pour la Suisse et sa position internationale, l’enjeu était considérable. Le monde issu de la Première Guerre mondiale était marqué par de grands bouleversements politiques, économiques, sociaux et idéologiques: l’effondrement des grands Empires européens, l’affirmation des Etats-Unis comme nouvelle puissance dominante, la Révolution bolchevique, la contestation des empires coloniaux et les revendications des populations tant au plan social que politique et culturel aussi bien chez les vainqueurs que chez les vaincus.