Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Capture d'écran.
© Bemyeyes.com

Digitale attitude

Mes yeux pour un aveugle, avec BeMyEyes

OPINION. L’application permet aux personnes atteintes de cécité ou malvoyantes d’entrer en contact avec des bénévoles qui les aident à surmonter un obstacle dû à leur handicap

En septembre dernier, le Danois Hans Jørgen Wiberg, atteint de cécité partielle, et son associé, Christian Erfurt, ont remporté le prix Innovation de l’année d’Oslo 2017 pour leur application BeMyEyes. Celle-ci connecte par vidéo un bénévole avec un malvoyant, pour aider ce dernier à surmonter en très peu de temps un obstacle auquel il est confronté. Par exemple, déchiffrer la date de péremption d’un produit, lire une étiquette ou différencier des couleurs.

Succès immédiat

Le succès a été immédiat, et l’application lancée au début de 2015 compte aujourd’hui plus de 600 000 bénévoles et 48 000 malvoyants, issus de 150 pays. Un des échanges les plus touchants, rapporté par le site de presse britannique Independent.co.uk, est celui d’une femme qui a demandé à un bénévole de lui confirmer le résultat de son test de grossesse. Une nouvelle qu’elle a préféré apprendre d’un inconnu, pour la savourer seule, avant de la partager avec ses proches.

Séduite par le concept dès son lancement, j’ai téléchargé l’application, puis je me suis inscrite à mon tour comme bénévole. Dans les deux ans qui ont suivi, j’ai dû être sollicitée une vingtaine de fois, sans jamais réussir à répondre à temps. Jusqu’au jour où, il y a trois mois, pour la première fois, la connexion s’est faite. Une femme demandait mon assistance pour que je lui lise le libellé d’un aliment sorti de son congélateur.

Lire aussi: J’ai pu aider une personne malvoyante à l’autre bout du monde, grâce à l’application BeMyEyes

Initiative magnifique

Depuis, les vidéos se sont enchaînées. J’ai parlé à un gentleman du Connecticut qui voulait comprendre le fonctionnement des touches de sa télécommande, à une femme en Iowa pour lui décrire les articles en soldes publiés dans un journal, puis à un homme en Virginie qui voulait connaître la séquence des numéros d’un billet de loterie. Malheureusement, il faisait sombre chez lui et, par pudeur, je n’ai pas osé lui demander d’allumer la lumière, troublée qu’il ne réalise pas que je ne pouvais pas l’aider dans l’obscurité. J’ai remarqué par la suite que l’application me permettait de déclencher la torche de son téléphone. Je le saurai pour une prochaine fois.

Lire aussi: Appelez un(e) Suédois(e) au hasard

Le concept de micro-bénévolat mis en œuvre par BeMyEyes est l’une des plus belles initiatives que je connaisse et rappelle un idéal auquel on croyait autrefois: qu’Internet allait rendre le monde meilleur.


Chronique précédente

Tabac, sucre et réseaux sociaux, même combat?

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)