Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Sechseläutenplatz, magnifique place bombardée d’ultraviolets.
© De.wikipedia.org

Un été à Zurich (7/7)

Zurich et ses problèmes de luxe

En ce mois d’août, protéger les passants des UV est devenu une vraie «Zürcherei». Ultime chronique des bords de la Limmat

Le Sechseläutenplatz est la plus belle, la plus grande et la plus occupée des places zurichoises. Sur cette vaste esplanade entre lac et opéra, les enfants jouent avec les jets d’eau de la fontaine, les employés du quartier prennent leur pause, les retraités flânent.

Lire aussi: Bataille pour le vide au cœur de Zurich

Mais cette surface de quartzite a un défaut: elle est presque totalement dépourvue d’ombre. Le coup de soleil menace. Alors, pour parer au danger de «désertification» de la place, le chef des Travaux de la Ville de Zurich, Filippo Leutenegger, candidat à la présidence de la Ville en 2018, a fait installer des parasols temporaires sur le bitume.

Un événement! Les médias locaux étaient présents à l’inauguration du premier modèle, entourés de curieux qui se sont empressés de donner leur avis sur ce nouveau mobilier urbain. Quatre jours plus tard, catastrophe: les pourvoyeurs d’ombre n’ont pas tenu leurs promesses, plusieurs d’entre eux ont été abîmés par le vent. Ils seront tous retirés plus tôt que prévu.

«Le temps des concombres aigres»

Mais apparemment, protéger les passants des UV est une vraie Zürcherei, cet été: la municipalité a inauguré mardi dernier une nouvelle installation au-dessus du Münsterhof, dans la vieille ville. Quatre grands auvents de toile, œuvre d’une artiste, tendus au-dessus des pavés, aussitôt évalués par les citadins via micro-trottoir. Quand avoir assez d’ombre figure au rang des préoccupations les plus commentées, cela s’appelle un trou de l’été médiatique – Sauregurkenzeit ou «le temps des concombres aigres» en allemand. Ou un problème de luxe.


Chroniques précédentes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)