Le «Panama Papers» publié en avril rassemblent plus de 11,5 millions de documents du cabinet panaméen Mossack Fonseca. Leur publication a révélé les détails financiers de nombreux comptes offshore susceptibles d'être utilisés pour échapper au fisc.

Joseph Stiglitz et Mark Pieth disent avoir trouvé le gouvernement peu disposé à soutenir une enquête ouverte. Ils ont tous deux démissionné vendredi après le refus du Panama de garantir que les rapports du comité seraient rendus publics.

Ils comptaient parmi les sept membres du comité de transparence convoqué par le pays pour auditer son système financier, notoirement opaque. «Je pensais que le gouvernement était plus engagé, mais ce n'est manifestement pas le cas», a dit le professeur américain. «C'est extraordinaire comme ils ont essayé de nous saboter», a-t-il ajouté.

Lors de la première réunion du comité à New York les 4 et 5 juin, la nécessité d'un engagement du gouvernement panaméen à publier les résultats du rapport faisait consensus, ont dit Joseph Stiglitz et Mark Pieth. Mais la semaine dernière, ces derniers ont reçu une lettre du gouvernement revenant sur cette promesse.

Dans un entretien avec la «SonntagsZeitung» publié sur le portail d'informations Newsnet, le professeur de droit de l'Université de Bâle qualifie d'«assez grossière» la lettre du ministère des affaires étrangères du Panama. «Il écrivait que le président du Panama déciderait seul de la publication ou non des résultats».

Joseph Stiglitz et lui estiment en revanche qu'ils «ne rédigent pas de rapports secrets», relève Mark Pieth. La transparence est la première règle pour une place financière propre.

Le gouvernement panaméen a défendu la gestion «autonome» du comité dans un communiqué, regrettant les départs de Joseph Stiglitz et Mark Pieth. Il l'attribue à des «divergences internes».

Il a remercié les deux hommes pour leurs recommandations et s'est dit toujours attaché à la«transparence et la coopération internationale». Il n'a pas précisé si les deux hommes seraient remplacés ni par qui.

Les autorités panaméennes avaient créé le 29 avril le Comité indépendant d'experts pour le centre de services financiers et d'entreprises du Panama.

Il s'agissait d'une réponse aux vives critiques liées au scandale dit des «Panama Papers». Le comité doit évaluer les pratiques en cours dans le système financier panaméen et proposer des mesures pour renforcer la transparence et la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent. Il a remis en juillet un rapport préliminaire contenant de premières recommandations.

Le pays d'Amérique centrale a demandé le mois dernier à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) son rattachement à la convention multilatérale sur l'échange d'information fiscale.