Cela fait quelques années que ces deux-là se frôlent avec délectation. Ce ne sont pas seulement les origines neuchâteloises. Mais un certain esprit qui, malgré les générations qui les séparent, continue de s'imposer. Le batteur Pierre Favre, né au Locle, patriarche des avant-gardes helvétiques. Samuel Blaser, jeune maître au trombone agile, nourri aux scènes new-yorkaises et berlinoises. Ils cherchent ensemble des terres à défricher, de l'inouï à conquérir. On ne se lasse pas de ces expéditions donquichottesques où les moulins à vent ont le goût du jazz.