Le dossier UBS est loin de pouvoir être refermé. Vendredi, alors que les marchés boursiers étaient en hausse, que la bourse suisse clôturait à +6,6%, l'action UBS perdait encore 4,8%. A Zurich, tout indiquait que l'hémorragie des petits clients se poursuivait vendredi. Plus inquiétant, le plan UBS ne semble pas convaincre de gros clients et des investisseurs craignent que de mauvaises surprises ne soient encore à venir. L'avenir de la banque d'affaires d'UBS continue de susciter le débat au sein de la communauté financière.

Dans la population, la colère face aux bonus touchés par les dirigeants d'UBS demeure très vive. Des voix suggèrent le dépôt d'une plainte pour exiger le remboursement de bonus touchés alors qu'il y a eu «tromperie» sur la solvabilité de l'établissement. Le banquier zurichois Konrad Hummler, de la Banque Wegelin, connu pour ses propos directs, s'inquiète du poids des Etats pris dans les banques. Il estime qu'il faut «inventer un système financier qui permette aux banques de faire faillite» sans menacer l'économie. La crise a déjà son héroïne: Eveline Widmer-Schlumpf. La conseillère fédérale, qui a remplacé au pied levé Hans-Rudolf Merz, est louée pour sa maîtrise du dossier.