Aller au contenu principal
Publicité

Un podcast qui s'intéresse à tout ce qu'on n'ose ni dire ni demander aux gens qui nous entourent.

Tout a commencé, ado, avec un verre de vin blanc bu cul sec. Au fil des années et des alcools, l'engrenage a emmené Catherine tout près de la noyade. Une double vie de brillante scientifique le jour, et d'alcoolique la nuit, qu'elle raconte au micro de «Brise Glace»

Les derniers Podcasts

- Saison 3

Dans la vie de Carole, rythmée par les soirées échangistes

Après son divorce, Carole, quinquagénaire romande, avait «besoin d'aventures». Un soir, elle se rend dans un château, pour une soirée privée échangiste. Dans le respect et le consentement, loin des clichés, elle découvre un monde de possibilités... et de risques

- Saison 3

Marie, orpheline, ou le défi de se (re)construire

Marie a 8 ans lorsque son père tue sa mère avant de se donner la mort. Lorsqu'elle se retrouve orpheline. Scindée entre deux maisons, et deux éducations, elle a dû se construire sans ces repères ultimes que représentent les parents. Quadragénaire aujourd'hui, cette Genevoise d'adoption raconte l'absence, la colère mais surtout la résilience - et son propre désir d'enfants, plus fort que tout le reste

- Saison 3

Dans la vie de Virginie, escort girl à Genève

Elle est de ces femmes qui s’affichent aux bras d’hommes fortunés dans les soirées mondaines. Loin des clichés que l’on se fait sur le métier d’escort, Virginie, quadragénaire, travaille à son compte et parle six langues. Mais il y a le revers de la médaille: cette Genevoise ne peut se confier sans affronter le regard des autres. Les tabous ont la peau dure: escort et libre, une vision pas toujours comprise ni acceptée

- Saison 3

Dans la vie de Vicky, 30 ans, taille 52

«Soigner des gens en étant en mauvaise santé, ce n’est pas possible»: voilà ce Vicky, aspirante infirmière, s’est entendue dire à cause de sa taille 52. Elle ne souffrait pourtant d’aucun soucis de santé. Un exemple parmi tant d’autres de grossophobie, un terme entré dans le dictionnaire en 2019. Et pourtant le quotidien des personnes concernées est encore souvent pavé de jugements et d’hostilité