Un premier groupe de migrants est arrivé samedi en Autriche depuis la Slovénie. Ils ont transité durant quelques heures dans ce pays en raison de la fermeture de la frontière hungaro-croate survenue durant la nuit, a indiqué un porte-parole de l’armée autrichienne.

Le groupe de 100 migrants, arrivé en autocars, s’est présenté au poste frontière autrichien de Spielfeld. Ils y ont été pris en charge pour enregistrement par les autorités autrichiennes.

L’Autriche a anticipé ce nouveau trajet

L’Autriche, qui avait anticipé cette évolution et renforcé la présence des forces de l’ordre à la frontière, offre aux migrants la possibilité de déposer une demande d’asile ou de continuer leur route vers l’Allemagne. Ce pays est la destination de choix de la majorité d’entre eux.

A Spielfeld, principal poste frontière entre l’Autriche et la Slovénie, des tentes chauffées ont été érigées par la Croix-Rouge pour accueillir jusqu’à 1500 personnes en transit.

150 personnes toutes les deux heures

L’arrivée des premiers migrants en Autriche par la Slovénie intervient quelques heures seulement après les premières entrées de réfugiés dans ce pays, confirmant le bon fonctionnement du corridor promis par Ljubljana. L’Autriche et la Slovénie ont convenu pour l’instant du passage de quelque 150 migrants toutes les deux heures à Spielfeld, a précisé le porte-parole.

L’Autriche a déjà vu transiter plus de 250 000 migrants depuis la Hongrie en moins de deux mois. Elle s’est distinguée jusqu’à présent dans la crise des migrants par l’efficacité de ses structures d’accueil et d’acheminement.

Sur le plan européen de la crise des migrants, lire notre dernier point: Crise des réfugiés, l’UE et la Turquie ne sont pas sur la même longueur d’onde

Le flux de migrants s’est redirigé vers la Slovénie samedi, après la fermeture dans la nuit par Budapest de la frontière hungaro-croate, par où plus de 170’000 personnes ont transité en un mois. Zagreb, Ljubljana et Vienne consentent à accorder aux migrants un corridor de fait jusqu’à l’Allemagne aussi longtemps que Berlin maintiendra sa politique accommodante à l’égard des réfugiés.