La passion du Christ. Pas celui d'une dévote. Mais celui d'une amante qui aspire à l'absolu de l'amour, par-delà le bien et le mal. L'Espagnole Angélica Liddell, 48 ans, s'est pénétrée de la Première Epître de saint Paul aux Corinthiens. Elle a éprouvé le pouvoir de cette parole, c'est ce que le spectacle suggère du moins, et elle la revit chaque soir dans une pièce en forme de cérémonial. Elle y dit l'amour tel qu'il vous annihile et vous ressuscite. Elle y met en scène un Christ sombre – l'acteur Sindo Puche – et nu, énigme obsédante qu'elle fait saigner. Vous n'oublierez pas sa transe ni les musiques sublimes qui l'escortent. Son Primera Carta de San Pablo a los Corintios choquera certains, mais il en bouleversera beaucoup.