«L’UDF tient au principe de réciprocité: la liberté religieuse garantie en Suisse doit aussi l’être dans les pays musulmans. Le débat est très émotionnel, et je ne suis pas surpris que le texte ne soit soutenu que par l’UDC et l’UDF. Le risque d’écorner l’image de la Suisse? Il est relatif: l’initiative vise un symbole de conquête islamiste qui n’a pas de nécessité religieuse, et pas Mahomet. Contrairement à ce que disent les opposants, c’est bien la prolifération de minarets qui menacerait la paix confessionnelle.»