• Les buts du fonds espagnol

Le fonds de soutien aux banques de 30 milliards d'euros annoncé mardi par le gouvernement espagnol va essentiellement récupérer des emprunts immobiliers sains auprès des banques, selon une porte-parole du Ministère de l'économie. De son côté, l'Autriche garantit les dépôts. Le chancelier autrichien sortant Alfred Gusenbauer a annoncé mercredi à la sortie du Conseil des ministres que l'Autriche allait assurer une garantie illimitée des dépôts bancaires, à l'image de ce qui se fait en Allemagne.

• Le début de la fin?

Pour l'analyste David Wartenweiler de la banque Julius Bär, les banques et les institutions financières sont engagées dans un «long processus de désintoxication des risques excessifs accumulés pendant des années. Nous sommes sans doute arrivés à un niveau où nous pouvons voir le fond, mais il y a encore de grands risques. Des institutions importantes restent toujours fragiles. Les marchés peuvent encore subir de grandes secousses.» Le processus de purge des produits toxiques peut durer jusqu'en 2009, a-t-il jugé en concluant: «Le patient est toujours aux soins intensifs et est encore loin de la convalescence.»

• Manifestation à Reykjavik

Un millier de personnes se sont rassemblées sur une place de Reykjavik mercredi pour exprimer leur inquiétude face à la crise financière qui menace de mettre à genoux l'Islande. Le premier ministre islandais a estimé que le redressement économique de l'Islande prendrait «des années».