Pas de surprise du côté de la course à la présidence. De Namur à Ostende, les Belges préféreraient voir Barack Obama accéder à la Maison-Blanche. Le démocrate récolte 62% d'avis favorables. Le soutien est plus net côté francophone (64%) que côté flamand (60%).

A la question de savoir si les Belges ont aujourd'hui une opinion favorable ou défavorable des Etats-Unis et des Américains, les personnes interrogées délivrent un sentiment mitigé: 52% d'avis négatifs et 39% d'avis positifs. Les Flamands sont plus sévères que les francophones; les femmes plus critiques que les hommes; les jeunes (18-35 ans) plus distants que leurs aînés.

Le Soir est le seul journal à avoir posé la question frontale du rapport à la culture américaine, si envahissante. «Comment diriez-vous que la culture américaine influence notre culture?» leur était-il demandé. C'est là toucher une corde sensible. Au pays de Jacques Brel, où deux communautés linguistiques défendent chacune leur identité bec et ongles, on est sur les pattes de derrière. Moins d'une personne interrogée sur trois (31%) accueille de façon positive l'influence américaine. Le rejet est aussi fort du côté flamand que du côté francophone. Les femmes sont plus hostiles que les hommes. Les jeunes à peine plus ouverts que leurs aînés.