Les personnes qui veulent se faire une idée de ce qui est possible peuvent se rendre sur le site du Théâtre de Vidy souvent cité par les pro-Bellerive (LT du 13 septembre). Positionnez-vous dos aux bâtiments, face au Léman, et admirez la magnifique vue sur le parc coulant en pente douce sur plus de 200 mètres vers la rive: une très belle ouverture entre les arbres offrant espace, paix et repos. Les élus et responsables de l'époque (1964) n'ont pas hypothéqué les rives du lac avec un immense bâtiment de béton. La même configuration fut adoptée pour le siège du CIO à Vidy. Alors, qu'est-ce qui empêche de faire de même à Bellerive? Pourquoi le parc n'est-il pas prévu au bord du lac et le musée construit en retrait? Même le Musée olympique est en retrait du lac et harmonieusement fondu dans la côte.

Pour que les citoyens vaudois puissent se rendre compte du volume colossal prévu par ce projet, nous demandons que des gabarits corrects soient érigés rapidement, y compris ceux dans le lac, sauf erreur à une quinzaine de mètres au large! Il faut absolument rejeter la nouvelle demande de crédit le 30 novembre pour remettre rapidement l'ouvrage sur le métier dans le bon sens.

Mais rappelons qu'un grand nombre de citoyens, et pas seulement à Lausanne, s'opposent à l'emplacement du Musée des beaux-arts au bord du lac et sont pour un Grand Rumine rénové, à 20 mètres de la station du M2 Riponne-Béjart. Il y a là des espaces à libérer, à réaménager et à compléter.