Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans de nombreux cas relevés par l’INRA, les auteurs des études sur les OGM sont également des employés d’une industrie de biotechnologie.
© GUILLAUME HORCAJUELO

Lu ailleurs

40% des études scientifiques sur les OGM seraient biaisées 

Selon une étude de l’Institut national français de la recherche agronomique, une part importante de la recherche scientifique sur les organismes génétiquement modifiés serait teintée de conflits d’intérêts financiers. La firme suisse Syngenta est concernée

D’après une étude menée par les chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), 40% des articles scientifiques sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) seraient influencés par les industries de biotechnologie. Résultat: «Les conclusions ont 49% de chances d’être plus favorables aux intérêts des industries semencières», rapporte Le Monde.

Lire aussi: Le dilemme de la Suisse face aux OGM

L’INRA dénonce les liens d’intérêts entre les scientifiques et les fabricants d’OGM. Deux types de relations sont mis en avant: soit les auteurs sont des employés d’une industrie, soit l’un des auteurs finance totalement ou partiellement les travaux. Les entreprises américaines Monsanto, Dow AgroSciences, DuPont Pioneer et la firme suisse Syngenta sont pointées du doigt. Ces multinationales détiennent 60% du marché des semences.

L’efficacité au détriment de la durabilité

Les chercheurs de l’INRA ont analysé 672 articles publiés entre 1991 et 2015 concernant l’efficacité et la durabilité de certaines plantes OGM qui produisent une bactérie nommée Bacillus thuringiensis (Bt). Toxiques contre les insectes, ces plantes sont utilisées dans les cultures de maïs, de coton et de soja.

Lire aussi: L’OFEV autorise un essai de terrain avec du blé transgénique

«Les résultats étaient à 104% plus susceptibles d’être favorables pour les articles consacrés à l’efficacité que pour ceux explorant la durabilité», explique Thomas Guillemaud, directeur de recherche à l’institut Sophia Agrobiotech. Cela s’explique par le fait que «les groupes ont plus intérêt à financer des études qui montrent que leurs produits tuent effectivement les insectes», alors que les études de durabilité nécessitent plus de temps et des résultats incertains, cite Le Monde.

L’INRA est le premier organisme à réellement s’intéresser aux conflits d’intérêts dans le domaine des OGM. Deux études s’étaient déjà penchées sur la question, mais l’une d’entre elles posait également un problème de conflit d’intérêts, précise Denis Bourguet, ancien membre du Haut conseil des biotechnologies.

Des liens d’intérêts discrets

Bien que des conflits d’intérêts dans les industries du tabac, de la pharmacologie et de l’énergie aient déjà été démontrés, l’INRA n’exclut pas qu’un autre facteur non connu soit la cause à la fois des conflits d’intérêt et des résultats pro-OGM. Autrement dit, impossible de savoir si les résultats sont favorables à un groupe industriel parce qu’il a financé l’étude ou inversement. Pour le découvrir, il faudrait disposer de trois éléments: «Le projet avant qu’il ne commence, l’étude avant qu’elle ne soit publiée et l’étude après publication», explique Thomas Guillemaud.

Lire aussi: Syngenta reste confiant quant à son rachat par ChemChina

D’autant que seulement 7% des auteurs d’articles scientifiques ont déclaré officiellement leur lien d’intérêt avec des industriels. L’INRA précise que les affiliations plus discrètes tels que les adhésions à des conseils scientifiques de firmes ou la détention de brevets n’ont pas pu être pris en compte chez les 1500 chercheurs concernés. Les conflits d’intérêts non financiers – ou intellectuels – ont également été écartés de l’étude.

Désireux de maintenir l’impartialité de la science, l’INRA encourage les revues scientifiques à expliciter les conflits d’intérêt financiers présents dans les études et à mettre en place un fonds de recherche qui, tout en étant financé par les industries concernées, serait indépendant lors du choix des études à financer.

Lire aussi: Bayer-Monsanto, le mariage sulfureux

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST