La population mondiale devrait atteindre vers fin 2011 les 7 milliards d’êtres humains. Le chiffre est impressionnant. Mais la vitesse à laquelle il a été obtenu l’est plus encore. Il a fallu des dizaines de milliers d’années à notre espèce, l’Homo sapiens, pour passer son premier milliard, seuil franchi en 1800. Il ne lui aura fallu qu’une douzaine d’années, de 1999 à 2011, pour augmenter d’autant. Cette évolution a de quoi effrayer. Mais un autre développement majeur est en cours. Le taux de fécondité (le nombre d’enfants par femme) est en forte baisse partout dans le monde. L’humanité, assurent les démographes, pourrait donc bien se stabiliser au milieu du siècle. A neuf milliards.