Face aux mystérieux troubles de la coagulation signalés après injection du vaccin d’AstraZeneca, les scientifiques mènent l’enquête. Une piste est privilégiée: celle d’une réaction auto-immune provoquée par un des éléments présents dans le vaccin.

Les premiers accidents rapportés remontent à fin février, avec le décès d’une infirmière de 49 ans admise dans un hôpital de Vienne. Des examens ont révélé la présence de caillots sanguins, ou thromboses, dans son abdomen, qui lui ont été fatals. En tout, onze cas survenus en Autriche et en Allemagne ont été relatés dans un article paru dans le New England Journal of Medicine (NEJM) le 9 avril.