Environnement

Alerte rouge sur la biodiversité

Un rapport mondial dresse pour la première fois la liste des graves dangers qui menacent notre écosystème. L’homme est désigné coupable, mais les gouvernements qui ont adopté ce texte sont lents à agir. Les experts formulent leurs propositions

Des fleurs pollinisées par des drones, des mers sans poissons, et des terres sans arbres. Cela n’est pas de la science-fiction, mais la réalité dans plusieurs régions du monde. Pour la première fois, un rapport exhaustif dresse un état des lieux mondial de la biodiversité. Et ses conclusions font froid dans le dos. Tout, dans ce texte de plus de 1600 pages, approuvé samedi par 130 gouvernements et rendu public ce lundi 6 mai, indique que nous sommes très près de la 6e extinction de masse.

Lire aussi notre éditorial:  Pour la biodiversité, c’est maintenant ou jamais

La précédente voyait s’éteindre les derniers dinosaures. Aujourd’hui, l’enjeu est plus grave. Car si près d’un million d’espèces – sur 8 millions – disparaissent dans les prochaines décennies, comme le prédisent les projections du rapport, la survie de l’humanité tout entière sera menacée. C’est pourquoi le Conseil mondial de la biodiversité́ (IPBES), qui est à la nature ce que le GIEC est au climat, a adopté un document de référence, élaboré par 158 experts, dont les conclusions empêcheront les Etats qui l’ont signé de dire, à la prochaine catastrophe, «nous ne savions pas». En voici un résumé.

1. La nature en crise

«Les biens communs mondiaux environnementaux, qui sont les terres, les océans, l’atmosphère et la biosphère, desquels dépend l’humanité tout entière, sont altérés à un degré inégalé, avec des effets en cascade sur les écosystèmes locaux et régionaux.» Dans leur rapport, les scientifiques ne font pas la liste des espèces en voie de disparition, déjà bien connue. Ils se concentrent sur l’interdépendance entre l’homme et la nature, en soulignant que celle-ci rend de nombreux services à l’humanité.

Lire également:  La Suisse traite mal ses espèces

A commencer par le bois, qui fournit de l’énergie à près de 2 milliards d’êtres humains. En vrac, ils mentionnent l’eau potable, dont on ne peut se passer, ou les insectes, dont les abeilles, qui pollinisent pas moins de 75% des cultures, parmi lesquelles les fruits et légumes, le café, le chocolat ou encore les amandes. La terre et la mer sont aussi très utiles pour emmagasiner le carbone que nos voitures et nos industries rejettent: elles séquestrent 60% des émissions mondiales des énergies fossiles.

Une tribune:  Les politiques actuelles nous conduiront à un réchauffement de 4 ou 5 °C

Durant les cinquante dernières années, les contributions matérielles de la nature aux hommes ont augmenté, tandis que les contributions immatérielles ont diminué: d’un côté, il y a plus de production agricole, plus de poissons pêchés, plus de bois brut taillé (+45% depuis 1970); tandis que de l’autre, dans ce laps de temps, la productivité agricole a décru de 23% à cause de la dégradation des sols, et la disparition des écosystèmes côtiers tels que les mangroves met en danger entre 100 et 300 millions de personnes vivant près des mers et menacés par les intempéries et la montée des eaux.

De nombreux chiffres effrayants ont été articulés tout au long de la semaine dernière. Aujourd’hui, 75% de l’environnement terrestre, 40% des mers et océans et 50% des courants aquatiques sont menacés. Certaines zones le sont-elles plus que d’autres? Thomas Brooks, chef de l’unité Science et savoir à l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), basée à Gland, a fait partie des équipes qui ont édité le rapport de l’IPBES. «Le risque d’extinction des récifs coralliens augmente plus vite que celui des autres espèces naturelles, répond-il. En réalité, ce sont les régions tropicales, les îles et les montagnes, qui souffrent le plus.»

Découvrez notre page spéciale dédiée aux défis climatiques.

2. L’homme est coupable

Contrairement à ce qui a parfois été avancé lors des débats sur le réchauffement climatique, en matière de biodiversité, personne ne nie l’importance de la responsabilité humaine. Par ordre d’importance, les scientifiques listent: les changements dans l’exploitation des terres et des mers, l’exploitation directe des organismes vivants, le changement climatique, la pollution, ainsi que les espèces exotiques envahissantes.

«Il n’y a aucune controverse sur le sujet, note José Romero, qui était à Paris toute la semaine dernière pour participer aux discussions en tant que chef de la délégation suisse. On sait très bien que fragmenter le sol et supprimer des terres naturelles pour y construire des immeubles et des infrastructures est responsable, entre autres, de la crise de la biodiversité. Sans parler de la chasse illégale, du trafic d’animaux protégés, etc.»

Mais qui, de la Suisse, de la France, des Etats-Unis ou de la Chine, fait le plus de mal à la nature? De cela, le rapport de l’IPBES ne dit rien. Le résumé, très diplomatique, veille à ne vexer personne. «Dans la première version du texte, il y avait pourtant des précisions», regrette Arnaud Gauffier, codirecteur des programmes par intérim du WWF France. «On lisait que les pays développés émettent beaucoup plus de CO2, par exemple. Et que les surfaces en aires protégées sont proportionnellement plus importantes dans les pays les moins avancés qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Mais tout ça a sauté dans la version finale.»

Pour quelle raison? «L’année prochaine, les Etats devront se mettre d’accord sur les contributions financières pour sauver la biodiversité, dit Arnaud Gauffier. Il est clair que si le Brésil ou la Russie sont désignés comme les coupables, ils vont devoir payer.»

Lire encore:  La Suisse traite mal ses espèces

3. Des solutions existent

L’IPBES a voulu provoquer un électrochoc. Mais le but est aussi de susciter l’espoir, en mobilisant les consciences. L’un des messages essentiels de l’organisation est de dire que la nature est résiliente: si des mesures sont prises rapidement, alors tout n’est pas perdu. C’est pourquoi les experts ont mis au point plusieurs scenarii.

Quelles actions entreprendre pour enrayer la crise de la biodiversité? Le rapport en liste plusieurs: réduire la consommation globale et les déchets en tenant compte de la croissance démographique et de la consommation par habitant, créer de nouvelles normes sociales pour la durabilité, renforcer l’égalité, améliorer la planification et les incitations ciblées pour réduire le déclin des espèces.

La Suisse, où la sauvegarde de la biodiversité n’est pas encore exemplaire, oblige désormais les exploitations agricoles à avoir des haies et des herbages afin de sauvegarder l’habitat des petits animaux. «Cela représente 7% de nos champs, alors qu’en Europe c’est 2% à peine», se félicite Friedrich Wulf, expert du domaine chez Pro Natura. Aux Seychelles, relève Thomas Brooks, à l’IUCN, la lutte contre les espèces invasives a connu de bons résultats sur la survie du shama, un passereau.

Pour le WWF, c’est d’abord aux Etats et aux entreprises de modifier leurs méthodes – l’ONG édite aujourd’hui un guide à leur intention, à l’occasion du G7 de l’environnement, qui se tient à Metz.

Et le citoyen? En Suisse, José Romero croit à l’action des individus, qui peuvent refuser de consommer des produits importés, ou fabriqués avec des pesticides ou dans des élevages intensifs.

Quoi qu’il en soit, l’heure des grandes décisions n’est pas encore venue. Ce ne sera que l’année prochaine, en 2020, lors de la COP15, la Conférence des parties, qui se tiendra en Chine, et où tout se jouera.


TROIS SERVICES QUE LA NATURE NOUS REND

Sans la nature, pas de vie humaine. Dans son rapport, l'Ipbes n'évoque que très peu les espèces animales en voie de disparition, mais insiste plutôt sur les fonctions essentielles de la faune et la flore 

■ La pollinisation

Les papillons ne sont pas seulement beaux, ils sont utiles. Plus de 75% des types de cultures vivrières mondiales dépendent de la pollinisation par les animaux, relève la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Sans ces insectes, la majorité de la production agricole mondiale est en péril, soit une perte de 235 à 577 milliards de dollars. Quant aux alternatives, elles sont compliquées et coûteuses: dans le Sichuan, en Chine, des champs de pommiers sont entièrement pollinisés à la main... Aux Etats-Unis et au Japon, des équipes testent des mini-drones pollinisateurs... Moins romantiques que les papillons!

■ La protection des côtes

Le chiffre donne le vertige: depuis 1970, la surface des forêts de mangrove a diminué de plus de 75%. Cet enchevêtrement de végétaux, immergés dans des zones soumises aux marées, est pourtant très utile pour lutter contre l'érosion des côtes, atténuer les effets des tempêtes et des pluies sur les habitats, et héberger des centaines d'animaux et insectes qui s'épanouissent en son sein et régulent l'écosystème. Sans les mangroves, notamment, entre 100 et 300 millions de personnes vivant près des mers sont directement menacés par les intempéries et la montée des eaux, relève l'IPBES.

■ La médecine

Selon l'IPBES; 70% des médicaments anti-cancer sont issus de la nature ou inspirés par elle. La pervenche de Madagascar fait partie de cet éventail de plantes, dont l'industrie pharmaceutique s'inspire au quotidien. Ce charmant végétal aux feuilles abondantes et aux fleurs roses, Catharanthus roseus de son vrai nom, contient une molécule alcaloïde utilisée en chimiothérapie. Plus largement, au moins 25% des nouveaux médicaments trouvés et mis sur le marché, sont directement issus de la nature et des animaux. Dans le monde, quatre millards d'êtres humains dépendant directement des médecines naturelles pour se soigner.

Publicité