On accorde aux oiseaux nombre de capacités surprenantes. Une fauvette peut trouver son chemin grâce à une boussole cérébrale, même la nuit et par temps couvert. Une mésange dissimule sa nourriture dans des centaines, voire des milliers de cachettes qu'elle peut retrouver des mois plus tard. Les perroquets imitent la parole humaine. Mais que des oiseaux soient capables de communiquer avec l'être humain a toujours été réfuté par le monde scientifique. Or, c'est justement ce que la psychologue et biologiste

Irene Pepperberg de l'Université de l'Arizona vient de documenter dans un ouvrage intitulé The Alex Studies.

L'objet des recherches est Alex, un jeune perroquet gris du Gabon de 25 ans (ces volatiles peuvent atteindre l'âge de 80 ans) qu'Irene Pepperberg a sauvé en 1977 d'une vie ennuyeuse dans une oisellerie de Chicago. Après un peu plus de deux ans d'entraînement, Alex sait reconnaître 300 objets, en nommer et réclamer 30, utiliser correctement des «étiquettes» du type bois, clé, etc., compter jusqu'à six, et distinguer plusieurs couleurs et formes géométriques. Il a appris des rudiments du vocabulaire anglais non seulement avec Irene Pepperberg mais aussi avec son assistant. Alex sait identifier ou demander (en utilisant des formules du genre «Je veux…»), mais aussi refuser, trier et classer.

Pour tester les capacités de l'oiseau, la scientifique lui montre des objets et lui pose des questions telles que: «Quelle couleur?» «Quelle forme?» «Lequel est vert?» «Qu'est-ce qui est différent?» ou «Combien?» En somme, des questions qui supposent non seulement l'acquisition active et passive d'un vocabulaire assez élaboré, mais aussi la compréhension de catégories plutôt abstraites comme celles d'identité ou de divergence. Et Alex, dans environ 80% des cas de donner la réponse correcte: «vert», «carré», «forme», «trois», et ainsi de suite. Le perroquet a donc compris que des objets de la même nature pouvaient différer sur plusieurs plans.

Alex a même assimilé le principe de la non-existence. Confronté à deux objets identiques et à la question «Qu'est-ce qui est différent?», il trouve la réponse correcte: «Rien». Chez l'homme, ce genre de difficulté n'est pas maîtrisé avant l'âge de 3 ans. Quelques chimpanzés et dauphins y parviennent aussi mais seulement après des années d'entraînement.

*«The Alex Studies. Cognitive and Communicative Abilities of Grey Parrots», par Irene Pepperberg, Harvard University Press, 2000, 434 pages.