Avec plus de 32 000 cas de covid signalés dans les dernières vingt-quatre heures, «la vague liée au variant Omicron n’est pas une petite vague, elle est encore forte et violente», a déclaré mardi lors d’un point presse Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et coopération internationale de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), rappelant néanmoins que celle-ci n’était pas pour autant le «tsunami» redouté.