Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le lancement a été effectué de Kourou, mercredi./AFP
© JODY AMIET

Spatial

Ariane met sur orbite deux satellites de télécommunications

Réalisé pour le compte de l’un des plus importants opérateurs en télécommunications (Intelsat), le sixième lancement de l’année marque le 73e succès d’affilée pour le lanceur Ariane 5

Le lanceur lourd européen Ariane 5 a décollé et mis sur orbite deux satellites de télécommunication pour l’opérateur Intelsat, à Kourou, a indiqué Arianespace, la société qui commercialise les lancements.

Pour son quatrième succès de l’année, le 231e de la famille Ariane, le lanceur a mis sur orbite le satellite Intelsat 33e conçu pour répondre aux besoins de connectivité à haut débit et de haute qualité des opérateurs de télécommunication, des entreprises, de l’aéronautique et de divers médias.

Construit par Boeing, Intelsat 33e est le deuxième satellite de la nouvelle génération de satellites de haut débit Epic. Il permettra d’étendre la capacité de débit élevé d’Intelsat en bandes C et Ku dans une zone qui s’étend du continent américain à l’Asie en passant par l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique et la Méditerranée.

Ariane 5 confirme sa montée en performance, dépassant le précédent record établi en juin 2016 avec 10 730 kg

Un peu moins de 42 minutes après le décollage, Ariane 5 a mis sur orbite le second satellite, Intelsat 36, construit par SSL (Space Systems/Loral) qui permettra d’améliorer la couverture média desservant l’Afrique du Sud et l’Océan indien.

«Ce sixième lancement de l’année 2016, le quatrième avec Ariane 5, a eu lieu à 19h16 (heure de Kourou) depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG). Il marque le 73e succès d’affilée pour le lanceur Ariane 5. Avec une masse totale d’emport de 10 735 kg vers l’orbite de transfert géostationnaire, Ariane 5 confirme sa montée en performance, dépassant le précédent record établi en juin 2016 avec 10 730 kg», s’est félicité Arianespace dans un communiqué.

Cinq lancements prévus d’ici fin 2016

«Ce soir un opérateur clef, l’un des plus gros opérateurs au monde, Intelsat, avait fait le choix de réserver l’ensemble du lanceur et d’y mettre deux satellites. Vous imaginez bien qu’un opérateur ne fait pas ça avec n’importe quel lanceur et il jouait très gros» a déclaré Stéphane Israël PDG d’Arianespace joint par téléphone par l’AFP à l’issue du lancement.

«Il avait d’une certaine manière mis tous ses œufs dans le même panier et en un seul lancement nous avons déployé ses deux satellites ce qui lui permettra d’accroître ses capacités et de mieux satisfaire ses clients. Il s’agissait d’un lancement doublement important pour Intelsat», a-t-il poursuivi.

«Cinq lancements seront à effectuer d’ici à la fin de 2016, le prochain avec Vega le 15 septembre pour le gouvernement du Pérou et pour la start-up Terra-Bella avec respectivement les petits satellites PeruSAT et SkySat-Gen2», a-t-il ajouté.

Lire aussi: Ariane 6 face au secteur privé

Stéphane Israël a également rappelé que «le 13 septembre le Conseil de l’ESA doit définitivement confirmer le programme Ariane 6» et a affirmé «être confiant dans le fait que le conseil de l’ESA confirmera définitivement ce programme pour un premier lancement en 2020».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST