C’est à une nouvelle vision des différences moléculaires impliquées dans l’autisme que nous convie une étude, parue le 2 novembre dans la revue Nature. L’analyse du cerveau de personnes autistes, après leur décès, montre en effet que l’activité de certains gènes est altérée dans la quasi-totalité des régions du cortex.