Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’entrée de la galerie du Coulat, une porte vers l’Histoire. (PHOTO-GENIC.CH/OLIVIER MAIRE)

Souterrains secrets de Suisse

A Bex, dans la peau d’un mineur de sel

Jadis, le sel valait de l’or. A Bex, des escouades de mineurs ont creusé pour l’extraire un dédale de galeries de quelque 50 km au total. Au-delà de la visite touristique bien connue, certaines se découvrent lors de trekk-mines aussi passionnants qu’exigeants. Plongée dans les entrailles de la montagne salée [[Avec deux VIDEOs]]

«Galerie interdite. Grisou», dit la pancarte rouge sur cette porte rouillée et cadenassée, cachée dans une forêt du Chablais vaudois. Mais pouvoir la franchir malgré tout revient à entrer dans l’Histoire. Une époque quadricentenaire qui tenait pour de l’or ce qui n’est aujourd’hui qu’un condiment à salade ou un subterfuge pour faire disparaître la neige: du sel.

Aux mines de Bex, il y a bien le petit train touristique, digne d’un film d’Indiana Jones ou de James Bond, qui permet une visite déjà passionnante, sans effort et les pieds au sec. Là, il s’agit de pénétrer dans d’étroites galeries historiques. Des treks sont possibles qui, à ceux que n’effraie ni la boue, le noir, les espaces (très) clos ou le mal de dos du fait d’avancer parfois presque à genoux, laisseront une impression forte de ce qu’a pu être cette quête humaine hors du commun et légendaire.

La fable dit qu’au XVe siècle, un certain Jean du Bouillet, surnommé Bracaillon, paysan un peu braconnier, fut intrigué de voir une lumière blanche sortir d’une faille rocheuse. Il s’y glissa et n'en crut pas ses yeux d’y trouver une armée de lutins piochant dans le roc salé, ivoirin et scintillant… Ou sont-ce plutôt les chèvres, s’abreuvant de préférence en un lieu précis, qui ont permis à leur berger de découvrir le filon liquide? Peu importe. Les habitants de Bex disposaient désormais, officiellement depuis 1554, d’une aubaine incessante: une source d’eau salée.

Lire aussi la brochure «Le sel de A à Bex», de Georges Gavairon, guide des mines

«A l’époque, qui avait le sel avait le pouvoir», résume Philippe Benoit, directeur du site touristique des Mines de Bex. Ici ou ailleurs, le minerai a par exemple longtemps servi à payer les soldats, qui l’utilisaient comme objet de troc – le substantif «salaire», du latin salarium, tient son origine du mot sal (le sel). Objet de convoitise, le sel joua un rôle éminemment politique dans ce pays vaudois alors occupé par les Bernois. Ses cristaux étaient produits, lors de «cuites» dans de grandes poêles, par évaporation de l’eau provenant des sources de la région, cependant peu salées (1 à 3%, comme la mer).

L’on suppose alors que doit exister dans la montagne une réserve d’eau plus chargée en sel, en forme de cylindre, que l’on pourrait aller exploiter directement. C’est ainsi qu’est percée la première galerie horizontale, en 1680, au lieu-dit du Fondement, à 860 mètres d’altitude. Or dès que celle-ci s’épuise à délivrer du liquide, on se dit qu’il suffit de percer ce réservoir à un niveau inférieur; deux autres captages superposés sont ainsi creusés. Mais bientôt, cela ne suffit plus. En 1686, Berne décide de forer, un étage plus bas (soit 120 m), une nouvelle galerie, bien plus longue. Car pour parvenir au fameux et hypothétique «cylindre», c’est cette fois 700 m de roche qu’il faut traverser à l’horizontal depuis le flanc de la montagne. C’est là, au «Coulat», 330 ans plus tard, que commence aussi notre trek.

Adapté à la corpulence masculine de l’époque, le tunnel est étroit (environ 60 cm) et le plus souvent bas (1,6 m). Sur les murs, des chiffres et des lettres gravées: «Ils indiquent la progression des mineurs, qui avançaient de 5 mètres par mois, avec cisette et marteau, explique Jacqueline Menth, celle qui emmène les Otto Lidenbrock d’un jour, du nom du héros de «Voyage au centre de la terre». Et pour avoir une galerie régulière et rectiligne, il fallait pour chacune des parois un mineur gaucher ou droitier.»

Pour achever l’ouvrage plus rapidement, avec par la suite aussi de la poudre noire, d’autres mineurs creusent cette galerie depuis son autre bout: à partir de la galerie inférieure du Fondement, on perce un escalier descendant de 458 marches (!) puis une creuse à plat, direction l’extérieur. «C’est là, à mi-chemin, que les deux équipes se sont rencontrées, avec un écart de seulement 2 mètres en hauteur», souligne Jacqueline Menth après quelques minutes de marche. Il leur aura fallu cinq ans de travail, sans autre instrument qu’une boussole. «Les mineurs se sont aussi guidés au bruit»; selon les témoignages historiques, sous terre, l’on pouvait entendre les coups de marteau à 75 mètres à travers la roche, et les cris à 3 mètres.

Dans les galeries, le port du casque est évidemment crucial tant l’on oublie, en marchant sur les planches qui servent de rails aux «chiens de mine» (les chariots) ou dans la boue à la seule lumière de la lampe frontale, de baisser le crâne à chaque écueil suspendu. «Vous voyez, là, une cloque d’anhydrite», s’arrête la guide. Cette roche, très présente dans la région, explique pourquoi celle-là peut regorger de sel: ce minéral est imperméable et «entoure» le sel, le protégeant donc des infiltrations d’eau et l’empêchant de s’échapper. Toutefois, l’anhydrite se charge en eau en périphérie lorsqu’elle est mise en sa présence, gonfle, et devient gypse. Une réaction chimique qui dégage un peu d’énergie et tempère les cavités, à environ 18 °C.

Au fil de la progression s’égrainent les anecdotes. Arrivée à un croisement de galeries, la plupart obstruées par une chaîne, Jacqueline Menth explique avoir, à une occasion, égaré un membre d’un groupe de visiteurs un peu disloqué: «Il s’agissait en plus d’une personne malentendante. J’ai dû parcourir systématiquement plusieurs accès avant, une demi-heure plus tard, de la retrouver. Ouf! Elle avait effectué trois fois les 734 marches du Grand Escalier!»

Car l’histoire ne s’arrête pas au Coulat. En 1724, alors qu’on a creusé dans tous les sens et sans plan précis depuis l’extrémité interne de cette galerie pour traquer de nouvelles sources, générant un fabuleux labyrinthe souterrain, les savants décident de procéder à un nouvel «abaissement», du nom de cette stratégie.

Cette fois, 125 m plus bas, la galerie d’accès horizontale, dite «du Bouillet», fera 1500 m! Et, pour la rejoindre depuis l’intérieur de l’étage du Coulat, le Grand Escalier fera 250 m de long: «Les mineurs creusaient en descendant. Ils devaient extraire par le haut gravats, dans des hottes en bois, dit Jacqueline Menth. Un travail de titan, qui ne les faisait avancer que de 2 mètres par mois.» Mais un gros œuvre qui s’arrête d’abord trois ans plus tard. Motif: Berne craint de ne plus extraire d’eau salée des mines avant la fin de ces immenses travaux. Un ingénieur saxon conseille alors, pour gagner du temps, de creuser des puits; trois seront successivement percés.

Outre l’aération des galeries, ces ouvertures ont permis de tomber sur de nouvelles sources. Des profondeurs, la saumure était extraite par un ingénieux système de pompes, actionnées par une immense roue à aubes en bois installée sous la terre et elle-même mise en mouvement par un flux d’eau claire acheminé depuis l’extérieur. Cette «Chambre à la Roue» est encore visible, et sert de lieu pour une pause bienvenue.

C’est l’occasion pour Jacqueline Menth d’évoquer la vie dans les mines. Et notamment, devant une entrée barricadée, les fameux coups de grisou! «Ce gaz inodore et incolore est un mélange de méthane se faufilant des profondeurs à travers les fissures libres et d’oxygène, qui est souvent explosif à la moindre étincelle, voire au mieux seulement inflammable ou asphyxiant.»

Des accidents dus à l’explosion de grisou, les mines de Bex en ont connu quelques-uns. «Le dernier en 1990, lorsque deux jeunes mineurs ont été brûlés, mais sans perdre le «virus de la mine», puisqu’ils sont revenus, raconte la guide. C’est pourquoi nous portons en permanence des détecteurs. Surtout lorsque nous allons dans des zones que nous savons exposées.» Au total, la mine compte 50 km de galeries et cavernes, parfois couvertes de cristaux scintillants.

Au début du XIXe siècle en effet, outre l’exploitation et l’eau salée coulant des fissures qui permit en 1802 d’extraire 846 tonnes de sel, on suit une autre stratégie, celle consistant… à en fabriquer. Dans les mines se trouve aussi du roc salé. Le briser en morceaux puis le dissoudre dans l’eau de source permet d’obtenir une saumure quasi saturée (30%). De quoi, à la sortie de la mine, simplifier ensuite la récupération de sel dans l’eau en minimisant la quantité d’énergie nécessaire.

La visite souterraine, de près de quatre heures, se poursuit alors par le passage dans ces immenses cavernes creusées dans la roche, servant de réservoirs pour «lessiver» la roche salée, et où habiterait Frelaton, le fantôme de la mine qui fait parfois se décrocher des cailloux des plafonds rocailleux. L’un d’eux contient encore les vestiges les plus évocateurs de cette époque: des borneaux. Soit des troncs de mélèzes, vieux de centaines d’années, percés en leur cœur: «Il n’y avait jadis pas de tuyaux, dit Jacqueline Menth. On creusait dans ces troncs pour en faire des tubes, qui s’emboîtaient les uns dans les autres, constituant des kilomètres de canalisations permettant d’acheminer la saumure vers les salines dans la vallée. Le sel y était donc récupéré d’abord par évaporation, puis par des techniques plus modernes de thermocompression, méthode encore usitée de nos jours.»

Au pied du Grand Escalier, on rejoint enfin l’espace touristique, avec sa vaste taverne-restaurant. Et l’on sort des entrailles de la montagne salée par le petit train des mineurs (et des touristes) qui équipe la galerie du Bouillet, finalement achevée en 1823. Un énième trek s’achève pour Jacqueline Menth, 60 ans mais toujours aussi enthousiaste malgré ses presque 30 ans d’activité comme guide: «Ce qui me passionne, c’est l’histoire des lieux et le travail des hommes accompli ici. «C’est peut-être la sueur des hommes qui a salé la pierre», dit-on.»


En chiffres

Le sel est enfoui là depuis 200 millions d’années

1554: découverte de la source, au Fondement

1680: percement de la première galerie

30%, la saturation maximale de la saumure

30 000 tonnes de sel sont désormais extraites des mines de Bex chaque année (contre 846 en 1802); 75% est transformé en sel à dégeler, 14% en sel industriel, 3.3% en sel agricole et 3.6% en sel alimentaire.


Des mines encore exploitées

Les mines de sel de Bex, qui se sont alliées à celles de Schweizerhalle, près de Bâle, sont encore exploitées aujourd’hui; elles produisent environ 30 000 tonnes par an. Pour accéder aux trois espaces de forage actuel – des lieux totalement inaccessibles aux visiteurs touristiques de la mine – il s’agit d’emprunter le petit train des mineurs, et de s’enfoncer sur des rails improbables quelque 3 km dans la montagne salée.

Là, on tombe sur une caverne haute de 10 mètres, où ronronnent diverses machines. «La technologie actuelle consiste à effectuer des forages de 800 m de profondeur, explique Sylvain Nicollier, responsable de l’exploitation de la mine. En sont extraites des carottes de pierre qui, après consultation de géologues spécialisés, nous indiquent où se trouvent les filons de roche saline.»

Un double tube est alors inséré dans la cavité. Des trous sont percés dans le tube extérieur, exactement à la hauteur où se trouve le sel dans la roche; ils laissent passer l’eau douce injectée sous pression, qui va dissoudre le roc salé. Cette saumure très concentrée, plus lourde, glisse le long de l’excavation et, à son fond, se voit aspirée par le tube intérieur, pour finalement être acheminée par des canalisations jusqu’à l’extérieur, à la Saline de Bévieux, afin que le sel cristallin soit récupéré et conditionné (comme condiment alimentaire, dans des produits de bain, ou comme sel à déneiger).

«Dans la dernière des cavernes excavée, nous avons déjà fait 17 forages, dont neuf sont exploités. Les autres soit n’ont rien donné, soit sont tombés sur des poches de gaz, lui-même inexploitable», poursuit Sylvain Nicollier. Et le responsable de citer des experts géologues affirmant que le filon des mines de Bex permettrait, au rythme actuel, une exploitation pour 250 ans encore. «Mais pour cela, il faut percer d’autres galeries et cavernes.»

Le dédale souterrain de la montagne salée n’a ainsi pas fini de s’étendre.


Episodes précédents

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST