La politique sanitaire de Jair Bolsonaro lui a valu des accusations de «crime contre l’humanité». Et les conséquences sont bien réelles, selon une étude publiée jeudi. Le taux de mortalité lié au Covid-19 est «largement» plus élevé que la moyenne dans des communes qui ont voté majoritairement pour le président brésilien d’extrême droite lors de la dernière présidentielle. Les chercheurs ont comparé les résultats de l’élection de 2018 avec les taux de mortalité dans des communes de l’Etat de Minas Gerais (sud-est).

L’étude, qui a analysé des données du 21 janvier au 10 novembre 2021, a révélé que le taux d’infection était 30% plus élevé dans les communes où Jair Bolsonaro a été choisi par la majorité des électeurs au second tour du scrutin, à 7600 pour 100 000 habitants.

Lire aussi: La stratégie covid de Bolsonaro, un acharnement anti-science

Le constat de l’étude, menée par la Société d’infectiologie de Minas Gerais et l’Association d’épidémiologie et de contrôle d’infections du même Etat brésilien, est encore plus édifiant pour le taux de mortalité, 60% plus haut que dans les communes qui n’avaient pas voté majoritairement pour Jair Bolsonaro, à 212 pour 100 000.

Des partisans plus touchés

Jair Bolsonaro, qui va tenter de se faire réélire en octobre, a été fortement critiqué pour avoir minimisé le Covid-19, qu’il a qualifié de «grippette». Une commission d’enquête du Sénat a recommandé en octobre son inculpation, notamment pour «crime contre l’humanité», pour avoir «exposé délibérément les Brésiliens à une contamination de masse».

A ce propos: Un rapport accuse Bolsonaro de crimes contre l’humanité dans sa gestion du covid

«Bolsonaro a nié la gravité du Covid-19, a fait la promotion de traitements dont l’efficacité n’a jamais été prouvée, s’est opposé à la distanciation sociale, au port du masque, au confinement et aux autres mesures de protection», a rappelé Carlos Starling, co-auteur de l’étude.

Selon lui, les prises de position du chef de l’Etat «ont vraisemblablement eu pour résultat des taux d’infection et de mortalité plus élevés chez ses partisans», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Une précédente étude aux conclusions similaires

Le Covid-19 a fait plus de 660 000 morts au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie en chiffres absolus après les Etats-Unis. La moyenne hebdomadaire de décès a cependant fortement baissé ces dernières semaines, grâce notamment au fait que 75% de la population possède à présent un schéma vaccinal complet, en dépit des nombreux commentaires antivaccins du président Bolsonaro.

L’étude, qui sera publiée d’ici la fin du mois, sera présentée par Carlos Starling et l’expert en bio-informatique Braulio Couto au Congrès européen de microbiologie et de maladies infectieuses, qui aura lieu du 23 au 26 avril à Lisbonne, au Portugal. Elle fait écho à une autre étude publiée en mars dans la revue The Lancet, avec des conclusions similaires.