Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Et pourtant, au premier coup d’œil, cet oiseau n’a rien d’effrayant. Il ne sait même pas voler, et se promène avec un air pataud. Il a en revanche une belle détente.
© Joel Sartore/Getty Images

Animaux badass

Le casoar, hooligan à temps partiel

Si ce très grand oiseau océanien est un véritable papa poule, c’est pour mieux cacher son côté obscur: voyou à ses heures, il est considéré comme le volatile le plus dangereux du monde

Les animaux badass, késako? Si vous cherchez les problèmes avec ces bestioles, vous allez les trouver. A coups de cornes, de griffes ou de venin, ce sont des êtres féroces, au comportement qui force le respect. Bienvenue chez eux, en saison 2 après l’été 2017

Episode précédent: Le glouton, champion de la baston

Au milieu des feuillages de la forêt dense, une tête de punk à crête se détache. Le bleu et le rouge vifs de son cou sonnent comme un «no future», un avertissement à qui voudrait s’y frotter. Son corps trapu, à peine plus petit que celui de sa cousine l’autruche, est couvert d’un plumage noir à l’air rêche. Voici Casuarius casuarius, ou casoar à casque, oiseau terrestre d’Océanie semblant sorti tout droit de la préhistoire.

Ses deux pattes robustes et écailleuses rappellent celles des vélociraptors de Jurassic Park. Elles se terminent par trois doigts, dont le plus interne est prolongé par une griffe pouvant atteindre 12 centimètres de long. Comparable à un poignard, elle peut se transformer en arme redoutable. Et ce badass à plume n’hésite pas à s’en servir. Mieux vaut ne pas se le mettre à dos, sous peine de se faire étriper. Ce n’est pas pour rien qu’il a été élu «oiseau le plus dangereux du monde» par le Livre Guinness des records.

Un ninja emplumé

Avouons-le, au premier coup d’œil, le volatile n’a rien d’effrayant. Il ne sait même pas voler, et se promène avec un air pataud. Il a en revanche une belle détente. Dans une situation où il se sentirait acculé, le casoar saute puis, avec un coup de patte bien placé, peut griffer son ennemi à mort. Ce ninja emplumé adepte des coups de pied sautés aurait eu toute sa place dans un film de kung-fu.

«L’homme peut être considéré comme un prédateur et être attaqué en tant que tel.» Alice Cibois, ornithologue au Muséum d’histoire naturelle de Genève, n’y va pas par quatre chemins pour reconnaître qu’il y a un risque. Avant de nuancer: «Dans la majorité des cas, il va plutôt fuir qu’attaquer. Comme tous les animaux qui ont un mécanisme de défense, il ne l’utilise qu’en dernier recours. Il faut juste éviter d’approcher l’oiseau lorsqu’il est accompagné de ses poussins, car c’est là qu’il peut devenir le plus agressif.» La preuve: une seule attaque mortelle a été répertoriée à ce jour. Elle eut lieu en Australie en 1926, lorsqu’un enfant de 16 ans eut la jugulaire tranchée sous les assauts de l’oiseau enragé.

Déluge de griffes et de coups de bec

Si cet australien se montre quelque peu acariâtre, c’est qu’il est territorial. Mettez deux congénères sur le même carré et c’est la baston assurée. Pour se défier, ils donnent d’abord de la voix, poussant des cris rauques et graves, façon chanteur de Rammstein. Celui qui se sent dominé doit alors fuir, afin d'éviter un déluge de coups de griffes et de plumes déchiquetées.

Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant: mieux vaut ne pas nourrir le casoar (ni aucun des animaux badass de cette série, d’ailleurs), il vous en cuirait. Son comportement d’ordinaire discret se verrait rapidement modifié. Il pourrait chercher de la nourriture près de chez vous… voire à l’intérieur des maisons! Et gare à vous si vous avez l’outrecuidance de ne pas satisfaire son appétit… Le Brisbane Times rapporte ainsi que dans la région de Coquette Point, dans le Queensland australien, un retraité a dû prévenir les autorités après s’être senti «menacé» par un casoar qui voulait pénétrer dans son domicile. L’homme a été épargné, l’oiseau, lui, a été «déplacé» vers une zone non urbanisée afin qu’il y retrouve la vie sauvage. Un oiseau géant qui s’introduit chez de braves citoyens afin de les menacer de son regard et de ses griffes démesurées… Glaçant.

C’est au Queensland, dans le nord-est de l'Australie, que le plus grand nombre de casoars a été observé au contact des humains. L’oiseau sort dans les lotissements en lisière de forêt, poussé par la réduction de son habitat et la recherche de nourriture – des fruits forestiers principalement, à l’état sauvage. S’il est nourri comme un animal domestique, il peut alors s’habituer à la présence humaine… et semer panique, terreur et désolation (tout cela à la fois). En réalité, cette situation est révélatrice du talon d’Achille de notre drôle d’oiseau: lui qui a besoin d’un territoire assez grand peut aujourd’hui avoir du mal à trouver une forêt où faire sa vie.

Bien que l’espèce ne soit pour l’instant pas considérée comme «menacée» selon les critères de l’Union internationale pour la conservation de la nature, «les populations sont en déclin depuis les années 1970», souligne Alice Cibois. C’est d’ailleurs la marque de fabrique des véritables animaux badass: sous leurs attributs terrifiants se cachent bien souvent une fragilité et une douceur insoupçonnées. Dans le même registre, ce sont les femelles qui dominent les groupes. Légèrement plus grandes que les mâles, elles choisissent leurs partenaires… au pluriel, car elles peuvent, si cela leur chante, s’accoupler avec plus d’un mâle par saison de reproduction. Ce sont alors aux papas que reviennent les lourdes tâches de couver puis d’éduquer les poussins. Papa poule, le casoar n’en reste pas moins un hooligan. A temps partiel.

Dossier
Les animaux les plus badass du monde sauvage

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST