Astrophysique

C'est prouvé, la comète Chury contient les éléments-clés de la vie

Du phosphore, un acide aminé: la célèbre comète contient les briques élémentaires de la vie. C'est la première fois qu'une telle preuve est présentée

La comète Chury contient des éléments-clés de la vie. La sonde spatiale Rosetta y a détecté un acide aminé et du phosphore, deux composants importants de l'ADN, de l'ARN et des membranes cellulaires, a indiqué vendredi l'Université de Berne.

Briques de la vie

Ces éléments ont été mis en évidence dans le nuage de poussière et de gaz de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, plus simplement nommée Chury. Cette découverte a été faite par ROSINA, le spectromètre de masse développé par les chercheurs bernois, qui y avait déjà décelé de l'oxygène et de l'argon.

Lire aussi: Rosina, ou comment renifler la chevelure d’une comète

Depuis longtemps, la possibilité que les briques fondamentales de la vie aient été amenées sur Terre par les comètes est discutée. Mais jusqu'ici, seules des traces du plus simple des acides aminés, la glycine, avaient été décelées sur la comète Wild-2 par la NASA, sans pouvoir toutefois exclure une contamination terrestre des échantillons.

Or ROSINA a détecté de la glycine dans la chevelure de Chury en octobre 2014, selon ces travaux publiés dans la revue «Science Advances». «Il s'agit de la première preuve directe de la présence d'acides aminés dans l'atmosphère fine d'une comète», explique Kathrin Altwegg, cheffe du projet ROSINA à l'Université de Berne et co-auteure de l'étude, citée dans un communiqué de la haute école.

Lire aussi: L'énigme de l'oxygène sur la comète Chury

En plus de la glycine, seul acide aminé pouvant se former sans eau liquide, ROSINA a détecté les molécules organiques méthylamine et éthylamine, des substances primaires nécessaires à la formation d'acides aminés dans la glace.

Colonne vertébrale de l'ADN

Autre élément trouvé pour la première fois sur une comète, du phosphore, «colonne vertébrale» de l'ADN et de l'ARN. Ces découvertes «renforcent la thèse selon laquelle les comètes ont participé à l'apparition de la vie sur Terre», commente Matt Taylor, responsable du projet Rosetta à l'Agence spatiale européenne (ESA).

ROSINA analyse depuis août 2014 les gaz de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Elle est embarquée sur la sonde spatiale européenne Rosetta, lancée en 2004.

Publicité