Centrales électriques, aciéries, cimenteries… toute combustion du charbon rejette du mercure métallique dans l’atmosphère. Il en va de même pour l’orpaillage, activité souvent clandestine qui utilise du mercure pour coaguler les paillettes d’or, rejetant du métal dans les cours d’eau et dans l’atmosphère. Les océans sont le principal réceptacle de ce mercure d’origine anthropique.