Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les dauphins d'eau douce sont de plus en plus tués pour servir d'appât. /AFP /Toshifumi KITAMURA
© TOSHIFUMI KITAMURA

Biodiversité

Les chercheurs s’inquiètent d’une disparition rapide des dauphins d’eau douce d’Amazonie

C’est la première étude à quantifier l’évolution de ces cétacés en Amazonie. Ils sont de plus en plus chassés pour leur chair et leur graisse, utilisées par les pêcheurs pour attirer les poissons-chats

La population de deux espèces de dauphins d’eau douce s’amenuise rapidement en Amazonie, selon une étude publiée mercredi. Ces cétacés risquent l’extinction faute de mesures de protection drastiques contre la pêche.

Autrefois considérés comme abondants dans le bassin amazonien, le boto ou dauphin rose de l’Amazone (Inia geoffrensis) et le tucuxi ou dauphin de l’Orénoque (Sotalia fluviatilis) ont vu leur nombre diminuer de moitié chaque décennie depuis 1994, selon les conclusions de scientifiques brésiliens publiées dans la revue PLOS ONE.

Lire aussi: Les gros et petits animaux sont davantage menacés d’extinction

Selon les experts, les dauphins d’eau douce sont de plus en plus tués pour servir d’appât. Cette pratique menace la survie de ces espèces, en particulier parce que les femelles ne donnent naissance qu’à un seul petit à la fois et uniquement tous les quatre à cinq ans.

Des résultats inquiétants

«Jusqu’à ces dernières décennies, le boto était protégé de mauvais traitements dans une certaine mesure grâce à des légendes et à des superstitions», a relevé l’étude. Mais il est de plus en plus chassé pour sa chair et sa graisse, utilisées par les pêcheurs pour attirer les poissons-chats qui rencontrent un succès commercial croissant, a-t-elle déploré.

L’étude s’appuie sur vingt-deux ans de données recueillies dans la réserve de Mamiraua au Brésil. «Au rythme actuel, la population des botos se réduit de moitié tous les dix ans et celle des tucuxis tous les neuf ans», a relevé l’étude, la première à quantifier l’évolution des dauphins d’eau douce en Amazonie.

«Les résultats sont extrêmement inquiétants et montrent des taux de déclin parmi les plus élevés jamais mesurés pour une population de cétacés depuis les débuts de la chasse moderne à la baleine», ont souligné les chercheurs.

Lire aussi: Les dauphins sauvages plus malades que ceux en captivité

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe pour l’heure ces dauphins d’eau douce dans la catégorie des «données insuffisantes», car les statistiques manquent pour pouvoir déterminer la menace pesant sur eux.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST