Mejillones, dont le doux nom signifie «moules» – ce qui nous donne une petite idée de son identité passée de village de pêcheurs –, accueille quelque 15 000 âmes qui vivent au pied des collines de l’aride désert d’Atacama et au bord d’une baie majestueuse de l’océan Pacifique. La biodiversité environnante est d’une richesse époustouflante: baleines, dauphins, pingouins de Humboldt et albatros passent quotidiennement au large de cette petite ville isolée du reste du monde.

Lire aussi: Même au pôle Nord, même en profondeur, le plastique est partout