C'est la première mission du genre depuis celle menée par l'ex-URSS en 1976: la Chine a lancé mardi vers la Lune une sonde destinée à collecter des échantillons de roches et les ramener sur Terre. La sonde a été propulsée par une fusée Longue-Marche 5 à 4h30 heure locale (21h30 en Suisse lundi) depuis le centre spatial de Wenchang, sur l'île de Hainan (sud), selon l'agence de presse Chine nouvelle.

Cette mission Chang'e 5 est la nouvelle étape du programme spatial chinois, qui avait frappé un grand coup début 2019 en faisant atterrir un engin sur la face cachée de la Lune - une première mondiale.

Une première depuis 1976

La sonde envoyée mardi a pour objectif de collecter des poussières et des roches lunaires, notamment en creusant le sol jusqu'à une profondeur de deux mètres. Ramenés sur Terre, ces échantillons pourraient aider les scientifiques à mieux comprendre l'activité volcanique de la Lune, donc son évolution et son histoire.

Lire aussi: La Chine met le cap sur la Lune

Chang'e 5 est la première tentative de ramener des roches lunaires depuis la mission inhabitée Luna 24, menée avec succès par l'ex-URSS en 1976. Les Etats-Unis avaient également ramené des échantillons lors de la mission habitée Apollo 17 (1972), mais directement collectés par les astronautes.

La sonde Chang'e 5 envoyée mardi par la Chine pèse 8,2 tonnes. Elle comprend quatre parties: un orbiteur (qui restera en orbite lunaire), un atterrisseur (qui atterrira sur la Lune), un module de remontée (du sol vers l'orbite lunaire) et une capsule de retour (vers la Terre).

La collecte des échantillons se déroulera près du Mons Rümker, un massif montagneux situé à une altitude de plus de 1000 mètres sur la face visible de l'astre lunaire. La sonde chinoise devrait atterrir sur la Lune fin novembre. Le retour des roches sur Terre devrait lui intervenir début ou mi-décembre.

L'objectif d'affiner les technologies

A la différence du programme soviétique, où la sonde effectuait directement le trajet Lune-Terre après la collecte des échantillons, la Chine utilisera une méthode bien plus ardue. Les roches seront d'abord placées dans le module de remontée (qui devra regagner l'orbite lunaire, puis s'arrimer à l'orbiteur) avant d'être transvasées dans la capsule de retour sur Terre.

«C'est probablement la nécessité d'affiner les technologies des missions habitées qui ont poussé les ingénieurs chinois à adopter une démarche aussi compliquée, voire inutile», note Chen Lan. «Cela n'a jamais été fait auparavant et c'est effectivement assez difficile», note Jonathan McDowell, astronome au Centre Harvard-Smithsonian pour l'astrophysique, aux Etats-Unis.

L’interview de Francis Rocard: «La face cachée de la Lune ouvre une nouvelle fenêtre d’observation de l’Univers»

Mais en cas de succès, «le système chinois de retour robotisé d'échantillons deviendra le plus flexible et le plus performant», souligne-t-il.

Des investissements massifs dans son programme spatial

Ce n'est pas la première fois que la Chine lance un engin vers l'astre lunaire dans le cadre du programme Chang'e - du nom d'une déesse de la Lune selon la mythologie chinoise. Elle y a déjà fait atterrir deux petits robots téléguidés (les «Lapins de jade») en 2013 et 2019 lors de précédentes missions.

Le lancement de Chang'e 5 était initialement prévu pour 2017. Mais l'échec la même année d'un tir de la fusée Longue-Marche 5, indispensable à la propulsion de la sonde, avait conduit à son report.

La Chine investit des milliards d'euros dans son programme spatial, afin de rattraper l'Europe, la Russie et les Etats-Unis. Elle a envoyé son premier astronaute dans l'espace en 2003. Le géant asiatique vient par ailleurs d'achever en juin la constellation de son système de navigation Beidou, rival du GPS américain. Il prévoit également d'assembler une grande station spatiale d'ici 2022.