Reportage

Au cœur du laboratoire qui a prédit le Dieselgate

A Ispra, en Italie, le centre de recherche de l’Union européenne teste en toute discrétion les véhicules mis sur le marché. Au-delà des émissions de CO2, il s’intéresse aussi à l’impact environnemental des voitures électriques

C’est la troisième plus grande institution européenne, après la Commission et le Parlement européens. Et pourtant, personne ne la connaît… ou presque. Le Centre commun de recherche (JRC, pour Joint Research Center) a été créé en 1957 pour que les élus communautaires puissent asseoir leurs décisions sur des études scientifiques. Le siège du JRC est à Bruxelles mais ses équipes les plus nombreuses se trouvent à Ispra, en Italie.

Pour y parvenir, il faut traverser, depuis la Suisse, les Alpes et le tunnel du Simplon, puis le lac Majeur pour arriver dans cette ville d’Ispra, en Lombardie. Impossible de voir le lac depuis le site de recherche, un vaste campus où l’on entre par un immense portail blanc, non sans avoir passé plusieurs étapes pour prouver son identité. C’est dans le cadre de la Conférence mondiale des journalistes scientifiques (WCSJ) que Le Temps a pu en visiter une partie, en compagnie d’une dizaine d’autres journalistes.