Depuis quelques mois, la patientèle d’Alessandra Sansonetti, à Carouge, a rajeuni. Cette ophtalmologue reçoit en consultation davantage d’enfants et d’adolescents, qui se plaignent de voir moins clair lorsqu’ils observent un objet ou un paysage de loin, notamment. Pour la spécialiste, qui est aussi vice-présidente de la Société suisse d’ophtalmologie, le confinement lié à la pandémie de Covid-19 a accentué un phénomène décrit depuis plusieurs années déjà par l’Organisation mondiale de la santé, qui recense plus de 2 milliards de myopes dans le monde.

Lire aussi: Bientôt, tous myopes?