lu ailleurs

Les connards conduisent-ils des Mercedes, ou bien les Mercedes transforment-elles en connard?

Une étude finlandaise a exploré les ressorts psychologiques des comportements irrespectueux fréquemment observés chez les conducteurs de grosses cylindrées allemandes. Verdict: les hommes égoïstes ont un faible pour ces voitures. Tout comme les personnes les plus consciencieuses

La littérature scientifique a son lot de pépites, dont l’une d’elles a été découverte dans l’International Journal of Psychology par des journalistes du Nouvel Obs. Menée auprès d’automobilistes finlandais, une étude conclut que les hommes conducteurs de grosses voitures allemandes BMW, Mercedes ou Audi sont plus souvent des «connards» («assholes», dans la langue de Boris Johnson, est le terme employé dans l’étude).

Les travaux datent de décembre et ont été relayés le 29 janvier dans un communiqué de presse de l’Université d’Helsinki. Ils affirment que «quel que soit leur niveau de richesse, les hommes détenteurs d’une voiture de luxe expriment davantage les traits de personnalité suivants: égocentriques, narcissiques, désagréables, têtus, manquant d’empathie et moins enclins à la gentillesse», écrit le Nouvel Obs.

Le questionnement initial de l’auteur principal Jan-Erik Lönnqvist, professeur de psychologie sociale à l’Ecole suédoise de sciences sociales à Helsinki, était le suivant: «Est-ce que les connards conduisent des Mercedes, ou bien est-ce que conduire une Mercedes vous transforme en connard?»

Une interrogation qu’il dit avoir eue après avoir remarqué que les personnes qui «grillent les feux rouges, ne respectent pas la priorité des piétons et roulent de manière générale trop vite, trop agressivement, sont souvent au volant de voitures allemandes rapides».

Lire aussi: La voiture, intouchable utopie adolescente

Conducteurs plus imprudents

Sans surprise, des scientifiques avaient déjà exploré le sujet, confirmant que ces conducteurs contreviennent plus souvent au code de la route que les autres. L’explication alors retenue était que ce sont les revenus plus élevés qui auraient un effet corrupteur, entraînant des comportements immoraux dans diverses situations. L’argent qui pervertit les esprits… et qui signifie, pour répondre à la question de départ, que ce sont les Mercedes qui rendent crétin.

Jan-Erik Lönnqvist a de son côté voulu savoir si les connards étaient en fait davantage attirés par les Mercedes. Il a opté pour une approche visant à vérifier si certaines personnalités étaient préférentiellement attirées par ces véhicules et/ou enclins à s’essuyer les bottes sur le code de la route, et ce quels que soient leurs revenus.

Surprise, le lien entre les égoïstes et les grosses berlines n’a été observé que chez les hommes

1892 automobilistes ont répondu à un questionnaire sur leur véhicule, leurs habitudes de consommation, leurs revenus ainsi qu’à des tests évaluant leurs traits de personnalité. Ces examens se basent sur le modèle psychologique dit «des cinq grands facteurs de la personnalité», à savoir l’extraversion, le névrosisme, l’agréabilité, l’ouverture à l’expérience et le caractère «consciencieux» vis-à-vis d’autrui.

Attirance pour les produits chers

Les résultats sont sans appel: les hommes individualistes qui sont les plus «querelleurs, bornés, désagréables et dénués d’empathie», selon le communiqué de l’Université d’Helsinki, sont aussi ceux qui possèdent plus probablement une voiture haut de gamme, du genre Audi, BMW ou Mercedes.

Lire également: «Le vélo gagne la ville à mesure que la voiture recule»

«Ces traits de personnalité expliquent l’attirance vers des produits ostensiblement onéreux, et ce sont ces mêmes traits qui expliquent aussi pourquoi ce genre de personnes enfreint plus fréquemment les règles de circulation que les autres», détaille Jan-Erik Lönnqvist.

Evidemment, de confortables revenus financiers sont nécessaires pour se procurer de tels produits. «Mais nous avons également constaté que les personnes les plus désagréables sont généralement plus attirées par des voitures de statut élevé. Ce sont des personnes qui s’estiment souvent supérieures aux autres et qui aiment le faire savoir.»

Pas observé chez les femmes

Mais un autre résultat a surpris le chercheur: les personnes les plus consciencieuses sont également attirées par les mêmes voitures! Ce trait, poursuit le communiqué, est généralement associé «à des personnalités honorables, ambitieuses, fiables et bien organisées qui prennent soin d’elles et de leur santé et sont souvent brillantes au travail». Ce que Jan-Erik Lönnqvist relie à l’importance qu’elles attachent à la qualité. «En conduisant une voiture fiable, ils montrent qu’eux-mêmes sont fiables», suggère-t-il.

Autre curiosité, ce point concerne aussi bien les femmes que les hommes, tandis que le lien entre les égoïstes et les grosses berlines n’a été observé que chez les hommes. Les auteurs n’ont pas d’explication à ce stade, si ce n’est que les voitures n’ont pas la même importance en tant que statut social chez les deux sexes.

Lire aussi: Le rêve? Des villes sans 4x4!

Le chercheur estime qu’il faudrait davantage explorer les raisons qui poussent à la consommation. «Ce serait bien si les consommateurs avaient des moyens plus respectueux pour montrer leur statut social, plutôt que de passer par l’achat de produits de luxe aux conséquences souvent néfastes. On voit déjà que les voitures électriques deviennent un symbole social, tandis que les SUV et leurs importantes émissions ne sont plus aussi cool.»

Lire aussi: Dans les voitures intelligentes, c’est l’union sacrée pour la sécurité

Publicité