Feux de forêt, canicules, fonte des glaciers, manque d'eau potable, agriculture à la peine... Le dérèglement climatique charrie son lot d'événements extrêmes. Comment nos sociétés répondent-elles à cette urgence? Le Temps propose un suivi en continu de cette actualité brûlante, en Suisse et ailleurs dans le monde, pour mieux l'appréhender.

A découvrir: Nos articles sur le climat

Le 20 septembre

■ En Egypte, les filets des pêcheurs sont remplis de plastiques

Le deuxième fleuve le plus long du monde, le Nil, est extrêmement pollué. Déjà l’an dernier, les pêcheurs égyptiens s’inquiétaient en voyant le contenu de leurs filets: plus de plastique, moins de poissons.

La Conférence mondiale de l’ONU sur le climat, ou COP27, aura lieu en Egypte prochainement. Des bénévoles de l’association VeryNile, qui récolte le plastique dans le fleuve depuis trois ans, ont donc décidé d’alerter les dirigeants sur l’état du Nil. Ils ont ainsi réalisé une pyramide géante avec le plastique récolté sur place.

«Nous avons choisi de construire une pyramide comme un énorme symbole égyptien, détaille à Africanews Farah AbdElbakey, membre de l’association. Elle est fabriquée avec des plastiques collectés sur le Nil afin de montrer aux gens l’ampleur du problème. La collecte a duré 45 jours. Elle a été réalisée par six pêcheurs à qui nous avons acheté ce plastique. Cela leur a aussi permis d’avoir un revenu supplémentaire.»

Lire aussi: La Suisse touchée par une grande mortalité piscicole à cause des fortes chaleurs

Cette pyramide de déchets en plastique pèse plus de 7500 kg et rassemble plus de 250 000 bouteilles.

Le 13 septembre

■ Antonio Guterres pointe «l’addiction» de l’humanité aux énergies fossiles

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a pointé du doigt «l’addiction de l’humanité aux énergies fossiles» après une récente série de catastrophes climatiques et alors qu’un rapport publié mardi par l’Organisation météorologique mondiale souligne que le monde «va dans la mauvaise direction».

«Canicules en Europe. Inondations colossales au Pakistan. Sécheresses graves et prolongées en Chine, dans la corne de l’Afrique et aux Etats-Unis. Il n’y a rien de naturel dans l’échelle nouvelle de ces désastres», a souligné Antonio Guterres dans un message vidéo. «Ils représentent le prix de l’addiction de l’humanité aux énergies fossiles», selon le secrétaire général de l’ONU, qui appelle à une sortie du charbon et au développement des énergies renouvelables.

Lire pour aller plus loin: Climat: «Nous allons dans la mauvaise direction», estime l’OMM

Ces propos, à quelques semaines de la COP27 sur le climat prévue en Egypte en novembre, accompagnent la publication d’un rapport compilé par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) de l’ONU. Le document montre sans surprise que le monde «va dans la mauvaise direction» face au changement climatique et ses conséquences catastrophiques.

«Tous les pays doivent augmenter leurs ambitions climatiques nationales chaque année, jusqu’à ce que nous soyons sur les rails»

Les concentrations de gaz à effet de serre continuent d’augmenter avec de nouveaux records et les émissions liées aux énergies fossiles se trouvent désormais au-dessus des niveaux pré-pandémie de Covid-19. Selon des données préliminaires citées dans le rapport, les émissions mondiales de CO2 en janvier-mai de cette année sont 1,2% supérieures à la même période de 2019. Elles sont tirées par les Etats-Unis, l’Inde et «la plupart» des pays européens, selon les auteurs.

«Tous les pays doivent augmenter leurs ambitions climatiques nationales chaque année, jusqu’à ce que nous soyons sur les rails», plaide Antonio Guterres, qui appelle «le G20, qui est responsable de 80% des émissions mondiales» à «montrer le chemin».

Le 12 septembre

■ Une étude examine le lien entre les particules fines et le cancer du poumon

Une nouvelle étude britannique met en exergue le lien entre les particules fines, surtout les PM2,5, et le développement du cancer du poumon, notamment chez les non-fumeurs, révèle Le Monde. Si le lien entre cancer du poumon et pollution de l’air était connu, des zones d’ombre entourent la relation causale entre particules fines et cancer.

L’étude «tire sa force d’une combinaison d’approches et de techniques, qui vont de l’épidémiologie à la biologie cellulaire et moléculaire, en passant par des modèles animaux et humains», explique Le Monde.

«Dans le modèle classique, un toxique (comme la fumée de tabac) déclenche des mutations qui, en s’accumulant, suffisent à déclencher un cancer. Mais ce n’est pas le cas pour les sujets observés dans cette étude», écrit le quotidien français, qui se fait l’écho de cette nouvelle recherche. Il faut une inflammation pour que se développe un cancer. «Les particules fines créent ce processus inflammatoire, qui déclenche la transformation tumorale de certaines cellules des voies respiratoires seulement, celles qui portent des mutations à risque», poursuit Le Monde. Le rôle de PM2,5, ces microparticules égales ou inférieures à 2,5 micromètres, est prépondérant. «Du fait de cette petite taille, elles pénètrent très loin dans les voies aériennes, en particulier dans les poumons», explique Suzette Delaloge, oncologue médicale.

Les chercheurs, qui ont présenté leurs travaux lors du congrès annuel de la Société européenne d’oncologie médicale à Paris, se sont également penchés sur l’épidémiologie. En croisant les données de plusieurs pays, comme Taïwan, les scientifiques ont pu confirmer «l’association entre l’augmentation des concentrations de PM2,5 et le risque de développement de différents cancers». Le risque de cancer du poumon augmente de 16% pour chaque hausse de 1 microgramme par mètre cube d’air du taux de PM2,5, relève Le Monde.

Pour aller plus loin: La pollution de l’air tue plus que la cigarette

Le 6 septembre

■ Le lac Ourmia, en Iran, risque l’assèchement total

Le lac Ourmia, en Iran, est menacé de tarissement si des efforts ne sont pas déployés pour le sauvegarder, alerte une responsable iranienne. Ce lac, situé dans les montagnes du nord-ouest du pays, près de la frontière turque, était autrefois considéré comme le plus grand du Moyen-Orient, rappelle l’AFP. Il s’étendait sur 5000 kilomètres carrés. Sa réduction menace notamment l’habitat naturel des crevettes, des flamants roses et des cerfs.

«Le lac n’a pas reçu l’eau dont il a besoin à cause, entre autres, d’une diminution des précipitations», indique la responsable de l’unité des zones humides au sein de l’organisme de l’environnement iranien, Arzoo Ashrafizadeh. Elle appelle à arrêter la construction de tout nouveau barrage et à cesser la surexploitation agricole. «Le lac n’est pas encore complètement asséché, mais ses parties nord et sud sont désormais séparées.»

Le lac Ourmia a été désigné comme site d’importance nationale par la Convention relative aux zones humides de l’ONU, signée en Iran en 1971.

Lire aussi: Kaveh Madani, la science de l’eau et l’amour de l’Iran

■ La Chine a connu son mois d’août le plus chaud jamais enregistré

Après des semaines d’une canicule inhabituellement longue dans le pays, la Chine a enregistré son mois d’août le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques en 1961. Le mois dernier, la température moyenne dans le pays a été de 22,4°C, relaye l’AFP.

Elle dépasse donc de 1,2°C le précédent record historique, indique la télévision publique CCTV, citant les services météorologiques. Août a également été le plus troisième mois le plus sec jamais enregistré en Chine, avec des précipitations moyennes inférieures de 23,1% à celles relevées en temps habituel.

Dans plusieurs provinces, les températures ont allègrement dépassé les 40°C ces dernières semaines, entraînant un recours quasi systématique à la climatisation. Problème: le réseau électrique a du mal à suivre, au moment où les cours d’eau sont asséchés – justement à cause de la chaleur – et que les barrages peinent à fonctionner. Plusieurs provinces avaient ainsi dû rationner l’électricité.

■ En Suisse, le PS et les Vert·e·s lancent leur initiative pour un fonds climat

Le PS et les Verts ont jusqu’au 6 mars 2024 pour réunir les 100 000 signatures nécessaires pour qu’un nouveau fonds doté de plusieurs milliards de francs soit créé par la Confédération pour soutenir des projets écologiques.

L’initiative «Pour une politique énergétique et climatique équitable: investir pour la prospérité, le travail et l’environnement (initiative pour un fonds climat)» a été publié mardi dans la Feuille fédérale, précise l’ATS. Elle ferait de la protection du climat et de la biodiversité une tâche publique.

Sur ce sujet: «Nous sommes la dernière génération qui peut corriger les effets du changement climatique»

Le 5 septembre

■ Journée de l’Amazonie: des feux de forêt ravageurs début septembre

Le Brésil célèbre lundi la Journée de l’Amazonie, mais la plus grande forêt tropicale de la planète n’est pas à la fête: en seulement quatre jours, le nombre d’incendies observés par satellite équivaut à plus des deux tiers du total de septembre 2021.

L’Institut national de recherches spatiales (ou INPE) a identifié 12 133 foyers d’incendie en Amazonie, entre le 1er et le 4 septembre, soit plus de 70% du chiffre enregistré pour l’ensemble du mois l’an dernier.

Si la moyenne supérieure à 3000 foyers par jour se poursuit, ce mois de septembre pourrait devenir l’un des pires de l’histoire, prévient l’AFP.

■ L’Afrique dénonce l’absence de leaders mondiaux à un sommet pour le climat

Plusieurs dirigeants africains dénoncent l’absence de chefs d’Etats à un sommet organisé à Rotterdam, aux Pays-Bas, pour soutenir l’adaptation de l’Afrique au changement climatique, annonce l’AFP. «Je ne peux manquer de noter avec amertume l’absence des dirigeants du monde industrialisé, a lancé Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine et président du Sénégal, lors de l’ouverture de ce sommet. Puisque ce sont les principaux pollueurs de cette planète, ce sont eux qui doivent financer l’adaptation.»

«Je voudrais également déplorer l’absence de […] représentants du secteur privé», a ajouté Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (RDC). Pour rappel, l’Afrique émet moins de 4% des émissions mondiales de CO2, mais paye le plus lourd tribut au réchauffement climatique.

Plusieurs dirigeants africains ont récemment souligné l’échec de la communauté internationale à remplir les objectifs de la COP21 qui s’était tenue à Paris en 2015 – contenir, d’ici à 2100, le réchauffement climatique bien en dessous des 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle.

■ Au Niger, 103 personnes sont mortes et 140 000 sinistrées depuis juin

Les fortes pluies qui s’abattent sur le Niger depuis le mois de juin ont provoqué la mort de 103 personnes: 74 dans l’effondrement de leurs habitations et 29 par noyade, précise l’AFP. Le pays compte actuellement 140 000 sinistrés et d’autres sont attendues d’ici fin septembre, pointe les autorités de ce pays habituellement sec.

Les pluies ont en outre détruit ou endommagé plus de 16 000 habitations et provoqué l’effondrement de classes, de centres de soins médicaux, de greniers à céréales et de boutiques. Ces pluies ont également favorisé l’apparition d’insectes «ravageurs» de cultures, alerte le ministère nigérien de l’Agriculture.

Le 4 septembre

■ Au moins cent morts au Soudan depuis le début de la saison des pluies

Au Soudan, au moins cent personnes sont mortes et des dizaines de milliers d’habitations endommagées ou détruites en raison des pluies torrentielles qui s’abattent depuis le début de la saison des pluies (de mai à octobre), annonce l’AFP.

Le bilan s’élève désormais à «112 morts et 115 blessés, indique Abdeljalil Abdelrahim, porte-parole du Conseil national pour la défense civile (ou NCCD). Un total de 34 944 habitations ont été totalement détruites, tandis que 49 060 ont été partiellement endommagées.»

Citant des données du gouvernement, l’ONU a indiqué la semaine dernière que les inondations ont affecté 226 000 personnes à travers le Soudan. Les Etats du Nil, du Kordofan-Nord, du Kordofan-Sud, de Kassala et de Gedaref ainsi que la région du Darfour sont parmi les plus touchés, précise l’UNICEF.

Le 3 septembre

■ Des familles se mobilisent pour le climat à Lausanne

Quelque 2000 manifestants ont défilé samedi pour le climat suite à l’appel lancé par Extinction Rebellion Familles, avec le soutien de près d’une vingtaine d’associations (Grève du Climat Vaud, Grands-parents pour le climat, Greenpeace, Ag! ssons, etc.) et de nombreuses personnalités, dont le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet, détaille l’ATS.

Emmené par des enfants, le cortège a traversé Lausanne sous le soleil, rappelant au passage aux grandes banques leurs responsabilités en matière de gaz à effet de serre. Une soixantaine d’enfants se sont couchés sur le bitume, lors d’une minute de silence organisée devant la banque UBS. Un peu plus loin, un lancer de peluches s’est déroulé devant le Credit suisse.

«Nous, familles, appelons les responsables et la société à un changement de cap radical de nos modes de vie. Avec nos revendications, nous cherchons à protéger nos enfants et à leur offrir un avenir soutenable», ont fait savoir les organisateurs.

■ En Suisse, des couches de glace vieilles de 7000 ans ont fondu

Cet été, le glacier du Corvatsch dans les Grisons a vu fondre tant de glace qu’il ne peut plus être mesuré: des couches de glace âgées de 7000 ans ont disparu, prévient l’ATS. Le programme de mesure du Vadret dal Corvatsch dans la chaîne de la Bernina, dans les Grisons, doit être interrompu, car il n’y a tout simplement plus de glace aux points de mesure, signale le glaciologue Matthias Huss. Le directeur du réseau suisse de mesure des glaciers «Glacier Monitoring Switzerland» (ou Glamos), a qualifié d'«extrême» la perte de glace enregistrée cet été sur les petits glaciers. «Ce que nous voyons est plus important que tout ce que nous pensions possible jusqu’à présent», a-t-il déclaré.

Le recul des glaciers n’est pas un phénomène nouveau: le volume des glaciers suisses a diminué de moitié entre 1931 et 2016. C’est la conclusion d’une étude publiée début août par l’EPF de Zurich et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage. Même si les masses de glace ont en partie augmenté dans les années 1920 et 1980, le climat du XXe siècle leur aura été globalement défavorable, indique l’étude. Au fil du temps, ils ont fondu de plus en plus rapidement.

Lire aussi: Ludovic Ravanel: «Les conséquences réelles du réchauffement climatique seront pires que prévu»

■ Un nouvel incendie en Californie, des milliers d’évacués

Les autorités californiennes ont ordonné l’évacuation de milliers d’habitants face à un feu progressant à une vitesse alarmante, annonce l’AFP. L’incendie, baptisé «Mill Fire», a déjà détruit plusieurs habitations et menace des centaines d’autres, tout au nord du grand Etat, à la frontière avec celui de l’Oregon.

Les flammes progressent «à un rythme dangereux», ont indiqué les pompiers du comté local de Siskiyou. «Votre vie est en danger.» Ce nouvel incendie intervient alors que la Californie est touchée par une vague de chaleur extrême, avec des pics de température jusqu’à 46° Celsius la semaine prochaine.

Le 2 septembre

■ Le tri des déchets devient obligatoire à Genève

A Genève, il est désormais obligatoire pour les particuliers et les entreprises de trier leurs déchets, sous peine d’amende, relaye l’ATS. Cette mesure unique en Suisse est inscrite dans la nouvelle loi sur les déchets adoptée ce vendredi par le Grand Conseil. «La nouvelle loi remplace un texte qui datait d’une vingtaine d’années et qui ne répondait plus aux objectifs environnementaux du canton», déclare Antonio Hodgers, chef du Département du territoire.

La réforme se fonde sur trois axes: la réduction de la quantité des déchets, l’amélioration du recyclage et l’élimination des déchets de manière respectueuse de l’environnement. L’objectif est de réduire de 25%, d’ici 2025, la quantité de déchets. «Et de le faire sans taxe au sac», souligne Antonio Hodgers.

Autre nouveauté de cette réforme: le renforcement des mesures de lutte contre le plastique à usage unique. Désormais tous les sacs en plastique – même ceux destinés aux fruits et légumes dans les magasins – seront payants. A noter encore: dès 2025, la nourriture à emporter ne pourra plus être vendue dans des récipients en plastique à usage unique.

Lire aussi: A Genève, la Cour des comptes recadre la déchetterie mobile de la rive gauche

■ Sommet avec les îles du Pacifique à la Maison Blanche les 28 et 29 septembre

Le président des Etats-Unis rencontrera les dirigeants des îles du Pacifique à la Maison Blanche les 28 et 29 septembre prochains, annonce l’AFP. Ce sommet «reflétera» la coopération entre les Etats-Unis et les îles du Pacifique pour une «région indo-pacifique libre et ouverte», déclare dans un communiqué la porte-parole Karine Jean-Pierre.

Joe Biden parlera à cette occasion du changement climatique – menace existentielle pour ces îles mises en danger par la montée des eaux – mais aussi de la sécurité maritime et de la lutte contre le Covid-19.

■ Les inondations au Pakistan menacent l’approvisionnement alimentaire en Afghanistan

Les pluies dévastatrices qui ont lieu au Pakistan vont mettre à rude épreuve les efforts pour acheminer de la nourriture vers l’Afghanistan, en proie à une crise humanitaire catastrophique, préviennent les Nations unies. Le Programme alimentaire mondial de l’ONU (ou PAM) a indiqué qu’une grande partie de l’aide alimentaire transitait par le Pakistan, note l’AFP.

Ce pays «fournit une voie d’approvisionnement vitale vers l’Afghanistan, souligne Chris Kaye, directeur du PAM au Pakistan. Et une large partie de sa nourriture entre via le port de Karachi (sud). Avec des routes qui ont été emportées, nous sommes face à un défi logistique majeur.»
Il ajoute que la récolte de blé était stockée dans des zones désormais inondées, et qu'«une grande partie» a été emportée.

Voir aussi: Inondations au Pakistan: des images pour comprendre l’étendue de la catastrophe

■ Au Royaume-Uni, des militants écologistes se collent au siège du président du Parlement

Des militants du groupe Extinction Rebellion se sont collés au siège du président de la Chambre des Communes vendredi à Londres, pour protester contre l’inaction du pouvoir en matière de crise climatique. Selon l’AFP, quelque 50 activistes pour le climat ont participé à cette action «non violente.» Extinction Rebellion explique que trois militants avaient réservé une visite officielle du bâtiment avant de se coller, main dans la main, au siège du Speaker de la chambre basse du Parlement britannique.

Ils ont ensuite lu un texte qui appelait les députés à agir sur les questions climatiques. Aucun député n’était toutefois présent, la session parlementaire ne reprenant que lundi 5 septembre. Des militants pour le climat se collent régulièrement sur des routes ou à des œuvres d’art au Royaume-Uni afin de protester contre l’inaction climatique.

Le 1er septembre

■ Pour la première fois au Royaume-Uni, les températures ont dépassé les 40 degrés

L’été a été le plus chaud jamais enregistré, à égalité avec celui de 2018, en termes de température moyenne, ont indiqué à l’AFP les services météorologiques britanniques. La température moyenne a atteint 17,1 degrés durant les mois de juin, juillet et août, nuit comprise. Certaines régions ont enregistré moins de 50% de leur quantité habituelle de précipitation a indiqué le Met Office à partir de données provisoires, précisant que pour l’ensemble du Royaume-Uni, l’été 2022 est le quatrième plus chaud.

«Quatre des cinq étés les plus chauds enregistrés en Angleterre ont eu lieu depuis 2003, les effets du changement climatique induit par l’activité humaine se faisant sentir dans les températures estivales de l’Angleterre», souligne le Met Office. En juillet, les températures ont dépassé les 40 degrés pour la première fois au Royaume-Uni.

■ Les inondations au Pakistan relancent le débat sur l’aide climatique

Les dramatiques inondations qui frappent le Pakistan braquent à nouveau les projecteurs sur l’épineux dossier de l’aide des pays riches et gros pollueurs aux plus pauvres, frappés par les impacts du réchauffement climatique, à quelques semaines de la conférence mondiale sur le climat.

«L’Asie du Sud est l’un des points chauds de la crise climatique mondiale. Les personnes vivant dans ces points chauds sont 15 fois plus susceptibles de mourir des impacts climatiques», a rappelé mardi le patron de l’ONU Antonio Guterres, en lançant un appel aux dons de 160 millions de dollars pour venir en aide à plus de cinq millions de victimes des inondations catastrophiques.

Une récente étude prévoyait ainsi que la probabilité de moussons particulièrement fortes sur le sous-continent indien serait multipliée par six d’ici la fin du siècle, même si les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement baissaient.

Inondations au Pakistan: des images pour comprendre l’étendue de la catastrophe

Ces pays, qui contribuent peu, ou ont historiquement peu contribué, aux émissions, subissent en première ligne les effets négatifs du changement climatique, et réclament en vain depuis des années un mécanisme financier spécifique pour compenser les «pertes et préjudices» qu’ils endurent déjà. Un dossier qu’ils veulent remettre sur la table à la COP27 qui se tiendra début novembre en Egypte.

■ Les Californiens sommés de ne pas recharger leurs voitures électriques à cause de la chaleur

Les Californiens ont été sommés de ne pas charger leurs voitures électriques mercredi, afin de ne pas accabler davantage un réseau d’électricité vieillissant, mis sous tension par une redoutable vague de chaleur. La semaine dernière, l’Etat avait annoncé bannir la vente de voitures neuves à essence à partir de 2035.

Des températures atteignant 44 degrés étaient attendues dans la banlieue de Los Angeles, au moment où un dôme de chaleur surplombe l’Ouest américain. La météo étouffante devrait mettre sous pression un réseau électrique déjà très sollicité, notamment pendant les heures les plus chaudes, quand les systèmes de climatisation - incontournables aux Etats-Unis - fonctionnent à plein régime.

Le 31 août

■ Les divisions sur la Russie font capoter des négociations du G20 sur le climat

Des pourparlers du G20 sur le climat mercredi à Bali ont échoué à produire un communiqué conjoint, malgré l’appel de l’Indonésie, qui préside le groupe cette année, à agir contre le réchauffement climatique. La ministre indonésienne de l’Environnement et des Forêts Siti Nurbaya Bakar a indiqué qu’une déclaration du pays hôte détaillera «les engagements communs et les mesures conjointes» du groupe, au cours d’une conférence de presse.

Toutefois, le groupe n’est pas parvenu à signer de texte commun, à cause de divisions géopolitiques, à l’instar d’une précédente réunion financière des membres du G20 qui s’étaient déchirés sur la responsabilité de la Russie dans les problèmes économiques mondiaux avec l’invasion de l’Ukraine, indique l’AFP. «La déclaration de la présidence est ce à quoi l’on peut parvenir au vu des problèmes géopolitiques et du fait que certains pays ne sont pas flexibles sur certains problèmes», a indiqué la ministre indonésienne. «Comme dans de nombreux groupes de travail, la Russie et l’Ukraine sont devenus des sujets de tensions géopolitiques».

■ Niveaux records des gaz à effet de serre dans l’atmosphère en 2021

Les concentrations dans l’atmosphère des gaz à effet de serre responsables du réchauffement de la planète ont atteint des niveaux records en 2021, tout comme le niveau des océans selon le rapport annuel de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), signale l’Agence France-Presse.

Alors que les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse après la crise liée au Covid-19, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a atteint en moyenne 441,7 parties par million (ppm), indiquent les scientifiques de la NOAA.

Le 30 août

■ Stockage de CO2: un pipeline entre l’Allemagne et la Norvège dans les tuyaux

Les groupes énergétiques norvégien Equinor et allemand Wintershall Dea dévoilent un projet de construction d’un pipeline de 900 kilomètres. Celui-ci permettra de transporter du dioxyde de carbone (CO2) d’Allemagne pour le stocker en Norvège.

Le CO2 est l’un des principaux gaz contribuant au réchauffement climatique, rappelle l’Agence-France Presse. L’Allemagne en est le plus gros émetteur en Europe et la Norvège possède le plus important potentiel de stockage de CO2 du continent, dans des couches géologiques situées sous les fonds marins, écrivent Equinor et Wintershall Dea dans un communiqué commun.

Leur projet vise à relier un point de collecte du CO2 dans le nord de l’Allemagne à des sites de stockage en Norvège «avant 2032», précisent-ils. La capacité de ce pipeline sous-marin sera comprise entre 20 et 40 millions de tonnes par an, soit environ 20% des émissions industrielles annuelles en Allemagne.

■ 75 morts et plus de 100 000 sinistrés au Niger depuis juin

Les fortes pluies qui tombent au Niger depuis le mois de juin ont provoqué la mort de dizaines de personnes et engendré des dizaines de milliers de sinistrés, signalent les autorités de ce pays au climat habituellement très sec. A la date du 28 août, un total de 75 personnes sont décédées, dont 54 dans l’effondrement de leurs habitations et 21 par noyade, tandis que 108 346 autres sont sinistrées et 102 blessées, pointe l’Agence-France Presse.

Les pluies ont également détruit ou endommagé plus de 12 700 habitations et provoqué l’effondrement de classes, de centres de soins médicaux, ou encore de greniers à céréales. Les services météorologiques annoncent de nouvelles grosses précipitations dans le pays jusqu’à la fin septembreA Niamey, une crue du fleuve Niger est à redouter dans les prochains jours. Dans la capitale de deux 2 millions d’habitants, les fortes pluies sont souvent à l’origine de crues mortelles.

En dépit de sa courte durée de trois à quatre mois - entre juin et août ou septembre - la saison des pluies est devenue meurtrière ces dernières années, y compris dans les zones désertiques du nord.

■ Enquête sur une chasse présumée de tortues géantes aux Galapagos

Une chasse de tortues géantes aurait eu lieur dans les îles Galapagos, ce fragile écosystème inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Le parquet équatorien a annoncé l’ouverture d’une enquête, signale l’Agence-France Presse. Le ministère public soupçonne le massacre de «quatre tortues géantes dans le complexe des zones humides du Parc national des Galapagos», écrit le bureau du procureur sur Twitter.

L’unité équatorienne spécialisée dans les crimes contre l’environnement et la nature a été chargée de recueillir les témoignages des agents du parc national et de désigner des experts pour procéder aux nécropsies des tortues. La direction du parc a porté plainte pour la mort des animaux, a précisé le ministère de l’Environnement sur son canal WhatsApp. La chasse aux animaux sauvages est passible d’une peine pouvant atteindre trois ans de prison en Equateur.

■ Le Pakistan a besoin de plus de 10 milliards de dollars pour la reconstruction

  • Le Pakistan aura besoin de plus de 10 milliards de dollars pour réparer les dégâts à la suite des inondations provoquées par les pluies de mousson et reconstruire les infrastructures endommagées, a indiqué le ministre de la Planification et du Développement.
  • Un tiers du Pakistan est sous les eaux, après les pires pluies de mousson en trois décennies.
  • Les inondations ont fait au moins 1136 morts, emporté d’innombrables maisons et détruit des terres agricoles vitales.
  • Plus de 33 millions de personnes, soit un Pakistanais sur sept, ont été affectées par ces inondations et près d’un million de maisons ont été détruites ou gravement endommagées.

Pour aller plus loin: «C’est l’apocalypse»: le Pakistan ravagé par des inondations depuis trois mois

Le 29 août

■ L’armée va combattre la sécheresse dans la vallée de Joux

Le manque d’eau potable se fait ressentir dans la vallée de Joux et dans les communes d’Arzier/Genolier. Une sécheresse qui pousse le canton de Vaud a demandé un appui à l’armée pour installer notamment des tuyaux et pompes pour garantir l’alimentation des réseaux d’eau potable, indique l’ATS. Les travaux ont démarré mercredi dernier.

Ce dispositif restera en fonction jusqu’à fin octobre, voire plus longtemps suivant l’évolution à la Vallée de Joux. L’exploitation et la maintenance seront assurées par le personnel communal.

Pour aller plus loin: Face à la sécheresse, le retard de la Suisse fait le désarroi des experts

■ Les pires inondations au Pakistan depuis 30 ans

Les pluies de mousson qui ont lieu au Pakistan ont provoqué la mort d’au moins 1136 personnes et détruit des terres agricoles vitales. Plus de 33 millions d’habitants, soit un Pakistanais sur sept, ont été affectés par les inondations et près d’un million de maisons ont été détruites ou gravement endommagées, selon le gouvernement.

«Les inondations sont comme un océan, il y a de l’eau partout», a déclaré le premier ministre Shehbaz Sharif. Une énorme opération de secours est en cours dans le pays, où l’aide internationale commence à arriver lentement, alors que l’Indus – le principal fleuve du pays – menace de sortir de son lit.

Le 26 août

■ Une mousson meurtrière et historique au Pakistan

L’état d’urgence a été déclaré au Pakistan, en proie à des pluies de mousson d’une intensité exceptionnelle qui ont provoqué la mort de plus de 900 personnes et touché plus de 30 millions d’habitants, a annoncé vendredi le gouvernement, que relaie l’agence AFP.

Plus de 900 personnes ont été tuées, dont 34 ces dernières 24 heures, en raison des pluies de mousson qui ont débuté en juin, a indiqué vendredi l’agence nationale de gestion des catastrophes.

Plus de 33 millions de personnes ont été «durement touchées», selon le bureau du Premier ministre pakistanais. Près de 220 000 maisons ont été entièrement détruites, et 500 000 gravement endommagées.

■ En France, des premières mesures contre le «surtourisme»

Cet été, des mesures de limitation parfois sévères ont été prises en France, dans le cadre du «surtourisme», cette pression croissante du tourisme sur l’environnement. L’agence AFP en a dressé un bilan dont on extrait les démarches les plus frappantes:

  • L’action la plus médiatisée a été la limitation, pour la première fois cet été, de la fréquentation de deux criques des calanques de Marseille par des réservations obligatoires.
  • L’île de Porquerolles dans le Var a instauré depuis juillet 2021 une jauge de 6000 visiteurs par jour.
  • L’île de Bréhat dans les Côtes-d’Armor en Bretagne, qui accueille certains jours d’été sur ses 3 km² plus 5000 personnes pour 400 habitants, n’a pas encore instauré de quotas mais a décidé de compter ses visiteurs et mesurer leur impact cet été, selon Le Télégramme.
  • Il y a aussi le «démarketing» : tenter de dissuader les foules. Ainsi aussi en Bretagne, dans le Finistère, la commune de Crozon compte 7600 habitants l’hiver, mais 30 000 l’été et essaie, en vain, de dissuader les touristes de se rendre sur une petite crique vantée comme l’une des plus belles plages d’Europe, aujourd’hui fermée au public.
  • Pour répartir les visites, des villes développent du tourisme nocturne. Le Réseau des Grands Sites de France (Mont Saint-Michel, falaises d’Etretat, etc.) communique sur le «hors saison» ou encore développe des circuits parallèles comme dans le Cantal, pour éviter de cristalliser la fréquentation sur le Pas de Peyrol.
  • La Compagnie des Alpes, propriétaire des notamment du Parc Astérix, du Futuroscope, du Chaplin’s World au-dessus de Vevey, expérimente dans certains de ses parcs la réservation obligatoire pour gérer les flux, alors que ses parcs français ont connu une croissance cet été de 20% par rapport à 2019.

■ Le premier tweet

Le bilan du jeudi: MétéoSuisse confirme la prolongation de la forte chaleur.

Le 25 août

■ La Suisse subit son deuxième été le plus chaud depuis 1864

«Eté 2022 caniculaire», voici comment MétéoSuisse intitule sa note de blog jeudi sur les températures exceptionnelles relevées dans le pays. Trois vagues de chaleur, des journées tropicales et trop peu de pluie ont marqué les mois de juin, juillet et août.

Résultat: la Suisse a connu son deuxième été le plus chaud depuis le début des mesures en 1864, avec un ensoleillement record dans certaines régions.

Pour aller plus loin: Notre vidéo sur les îlots de chaleur. Comment éviter que nos villes surchauffent?

■ La citation

Nous avons besoin de nos océans, ils maintiennent notre planète habitable…

Dans une tribune, publiée mercredi par Le Monde, une cinquante d’artistes et d’intellectuels européens et américains demande, à l’initiative de l’ONG Greenpeace, une meilleure protection des océans, ces espaces vitaux pour la planète.

L’appel, signé notamment par Jane Fonda et Javier Bardem, intervient lors d’une semaine décisive. Les gouvernements négocient un nouveau traité sur la haute mer aux Nations unies, à New York.

Le regard de la docteure en droit Valérie Wyssbrod: Un nouvel instrument juridique sur la biodiversité des océans bientôt adopté?

■ En Chine, le métro devient un refuge contre la chaleur

A Chongqing, l’une des villes chinoises les plus touchées par la canicule, une vie souterraine s’organise pour échapper à la chaleur étouffante. Des habitants principalement âgés se retrouvent dans les profondeurs climatisées du métro pour lire, jouer aux cartes et faire la sieste. En surface, il fait 42 degrés. L’AFP précise que l’intensité, l’étendue et la durée de cette vague de chaleur pourraient en faire l’une des plus importantes jamais enregistrées au cours de l’histoire.

■ Près de Kandersteg, la population vit au rythme des éboulements

Des grondements et un épais nuage de poussière. Une vidéo, publiée mardi sur Twitter par un témoin, montre un important éboulement dans l’Oberland bernois, près de Kandersteg. La commune, entourée de hauts rochers, voit la montagne s’effriter de jour en jour. Le glissement des éboulis, qui se produit dans le secteur du «Spitze Stei», s’accélère en raison du recul du permafrost, selon les experts.

Environ 500 000 mètres cubes de roche sont en mouvement, soit le volume de 650 maisons individuelles, note la radio SRF. Plusieurs secteurs, routes et chemins de randonnée sont fermés par mesure de précaution. La commune publie des bulletins quotidiens sur la situation. Si le mouvement de la roche a ralenti ce jeudi matin, d’importants éboulements pourraient intervenir dans les prochains jours. Mais la tendance est à ce stade rassurante, les autorités n’excluent pas de revoir à la baisse le niveau d’alerte.

Pour aller plus loin: «Les conséquences réelles du réchauffement climatique seront pires que prévu», prévient Ludovic Ravanel, géomorphologue et guide de montagne, dans une récente interview au Temps.

■ En Valais, la sécheresse menace la saison des champignons

Dans les forêts valaisannes, les champignons ne sortent pas de terre, nous apprend Le Nouvelliste. En cause: la sécheresse. La pluie qui humidifie les sols est une condition indispensable à la pousse. «Les bolets, les cornes d’abondance et les chanterelles d’automne sont quasiment introuvables», regrette Stéphane Michellod, président du cercle mycologique d’Entremont, organisateur de la fête cantonale de mycologie. La manifestation locale est reportée en 2023, autre conséquence du déficit hydrique.

Pour aller plus loin: En Suisse, une agriculture sous pression climatique