Depuis le début de la COP27 à Charm el-Cheikh, des dizaines de chefs d’Etat ont fait le voyage en Egypte. La réunion attire des délégations du monde entier, des milliers de journalistes, de lobbyistes, d’organisations gouvernementales et non gouvernementales. C’est un «cirque», disait la semaine dernière au Temps Franz Perrez, chef de la mission suisse à Charm el-Cheikh. Avec ses absurdités, mais aussi un bon côté: assurer la visibilité des questions climatiques à l’international.