Alors qu’elle catalysait de nombreux espoirs, la COP26 a pris fin samedi soir sur un bilan morose – «en demi-teinte», disent les plus cléments des observateurs, quand certaines ONG déplorent un rendez-vous manqué. Certes, le «pacte de Glasgow» mentionne la limite de 1,5°C de réchauffement à ne pas dépasser d’ici à la fin du siècle, et intime à ses signataires de réduire leur recours aux énergies fossiles. Mais beaucoup reste à faire pour que ces promesses se réalisent. La décennie à venir sera décisive, mettent en garde des expertes.