Biodiversité

Coups de projecteur sur les espèces endémiques suisses

Le Muséum d’histoire naturelle de Genève lance une série d’expositions hors les murs sur les animaux et végétaux qui n’existent qu’en Suisse. La première porte sur une minuscule crevette découverte dans les eaux souterraines des gorges de l’Areuse

«Si elles disparaissent en Suisse, ces 40 espèces disparaissent du monde entier!» Le Muséum d’histoire naturelle de Genève vient d’initier le programme Swiss Native Species, dont l’idée principale est d’organiser des expositions consacrées aux plantes et animaux endémiques de Suisse, dans les territoires qui abritent ces espèces.

Pascal Moeschler, conservateur au muséum, fait le parallèle avec le panda en Chine ou les lémuriens de Madagascar. Avant de prévenir: «Les espèces endémiques à la Suisse sont assez peu spectaculaires.» Mais l’enjeu est de dépasser l’effet «animal vedette».

Crevette emblématique

La première exposition, inaugurée le 16 juin dernier, met en lumière la gelyelle suisse (Gelyella monardi), minuscule crevette emblématique des eaux souterraines des gorges de l’Areuse. Elle est installée pour quatre ans dans un bâtiment de l’Association de la Maison de la nature neuchâteloise (AMNN), situé à Champ-du-Moulin.

Lire aussi: Le minioptère de Schreibers, l’hôte attendu des Gorges de l’Areuse

L’équipe du muséum espère toucher le public localement: «C’est important de faire une découverte, mais c’est encore plus essentiel de la faire connaître et de mobiliser le public autour d’une espèce étonnante et emblématique», témoigne Pascal Moeschler, qui est par ailleurs le codécouvreur de la gelyelle suisse.

Eau potable de qualité

L’expert ajoute: «Il faut fabriquer une représentation collective autour de ces espèces.» En mettant sur le devant de la scène la nécessité de protéger les ressources en eau potable de qualité, l’exposition sur la gelyelle pourrait ainsi catalyser des projets entre les collectivités locales et d’autres partenaires, par exemple pour la mise en place de la première réserve d’eaux souterraines du pays.

Une deuxième exposition devrait voir le jour d’ici à un an. Elle aussi devrait renforcer la popularité d’un crustacé souterrain encore peu connu aujourd’hui: le Stygepactophanes du Jura. Petit à petit, les Suisses sont invités à mieux considérer leur patrimoine naturel.

Publicité