La sortie de prison du biophysicien chinois He Jiankui a été annoncé lundi dans la revue spécialisée du MIT. Il avait été condamné en 2019 à 3 ans de prison, en Chine, pour avoir illégalement manipulé l’ADN d’embryons humains. Fin 2018, le scientifique avait annoncé dans une vidéo YouTube l’existence des jumelles Lulu et Nana dont il avait modifié un gène. Puis He Jiankui avait présenté ses résultats devant les participants du 2nd Sommet international sur l’édition du génome humain provoquant la stupeur de la communauté scientifique.