Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Cette matraque naturelle est capable de filer des baffes avec une accélération supérieure à celle d’une balle de fusil.
© Wikicommon

Animaux badass* (2/5)

La crevette mante, cauchemar des mers du sud

Ses coups de poing sont si puissants qu’elle massacre les coquilles les plus résistantes et fracasse les vitres des aquariums. La squille multicolore, ou crevette mante, est on ne peut plus «badass»

Mike Tyson? Bruce Lee? Ryu? Captain Falcon? Non, la palme du coup de poing le plus fulgurant ne revient à aucun de ces quatre-là. Ils font même plutôt pâle figure comparé aux reines du bourre-pif, les stomatopodes. Cet ordre de crustacés regroupe quelque 400 espèces, dont certaines sont dotées de capacités uniques dans le monde du vivant. Uniques, et tout à fait badass, ce qui justifie pleinement leur présence dans notre série.

A première vue les stomatopodes, encore appelées squilles, ne font pas vraiment peur. On dirait des homards-crevettes, à moins qu’il ne s’agisse de crevettes-homards. Elles sont d’ailleurs pour cette raison communément surnommées crevettes-mantes. A tort, car les stomatopodes constituent un ordre distinct de crustacés dans le grand arbre du vivant.

D’une taille pouvant dépasser les 30 centimètres, leur carapace revêt des couleurs chatoyantes, allant du rouge vif au bleu le plus profond. Bref, elles ont la classe, comme beaucoup d’organismes vivant dans les mers tropicales, leur repaire de prédilection. Ces cousines des crevettes chassent leurs proies – oui, elles chassent – grâce à leur paire de pattes antérieures. Chez certaines espèces, il s’agit de deux pinces repliables ressemblant fort à celle d’une mante religieuse, et qui servent à empaler les proies, tandis que chez les autres, telles la squille multicolore Odontodactylus scyllarus, on ne fait pas dans la finesse: il s’agit de simples gourdins destinés à démolir leurs adversaires.

Avec ces appendices ravisseurs, la squille multicolore dispose d’un des coups les plus rapides du monde animal. Ces matraques naturelles sont capables de filer des baffes avec une accélération supérieure à celle d’une balle de fusil (100 000 mètres par seconde carrée), et atteignent des vitesses de l’ordre de 110 kilomètres par heure. C’est donc bien naturellement qu’au menu de la squille figurent des crabes, des poulpes, des huîtres et autres mollusques: elle fracasse leurs coquilles comme un couteau coupe du beurre.

Pas peur des plongeurs

Précisons immédiatement que si vous n’avez pas vu beaucoup de ces crustacés dans des aquariums, c’est pour une bonne raison: ils sont en effet capables d’en fracasser les vitres. «Même les plongeurs s’en méfient car ils sont parfois la cible d’attaques», raconte Laure Corbari, spécialiste des crustacés au Muséum national français d’histoire naturelle à Paris.

Comment une carapace de chitine peut-elle briser des coquilles qui figurent parmi les matériaux biologiques les plus solides sans se fracasser elle-même? «La composition de ses pattes est plus dure que dans le reste du corps», précise Laure Corbari. Mais cela n’explique pas tout. L’arrangement spatial des matériaux, disposés en couches successives et dont l’orientation tourne, permet de dissiper l’énergie de manière optimale, sans risque de casse.

Flashes lumineux

La dureté d’une carapace ne suffit cependant pas à être le plus fort, aurait un jour dit un grand maître en arts martiaux. En vraie combattante, la squille ne s’arrête donc pas là et manipule les éléments afin de les plier selon sa volonté. La rapidité de ses coups est telle qu’elle génère un phénomène appelé la cavitation, dans lequel de petites bulles de vapeur implosent immédiatement après s’être formées. La libération d’énergie par unité de temps est si importante qu’elle produit un claquement sec, parfaitement audible, voire, sous certaines conditions, des flashs lumineux. Le résultat est une onde de choc qui renforce la puissance du coup porté.

Biologiste à l’université Duke en Caroline du Nord et pionnière des études sur les stomatopodes, Sheila Patek a estimé dans Pour La Science la part respective des forces mécaniques et de cavitation: «Chaque coup […] de la squille est double: il y a d’une part l’impact mécanique, d’autre part l’impact des ondes de pression dues à l’implosion de la bulle de cavitation. Les forces atteignent 400 à 1500 newtons pour l’impact mécanique, et les forces de cavitation 500 newtons.»

Elle voit 100 000 couleurs différentes

N’écoutant que leur courage, des scientifiques tels que Sheila Patek essaient de percer les mystères de la squille multicolore. En mimant l’organisation structurelle de la carapace de ses pinces, une équipe de l’Université de Californie à Riverside est parvenue à augmenter la résistance à l’impact d’un alliage composite à base de fibres de carbone. De quoi, par exemple, fabriquer des casques de moto ou des fuselages d’avion de nouvelle génération.

Il reste encore tant à dire sur ce crustacé. Sa vision, par exemple, est tout à fait fascinante: sa rétine est garnie non pas comme chez l’humain de trois types de bâtonnets, ces photorécepteurs qui permettent de voir les couleurs, mais de seize. La squille est autrement dit capable de distinguer quelque 100 000 couleurs différentes, soit dix fois plus que nous. Elle est même sensible à certains types de lumière polarisée qu’aucun être vivant ne peut percevoir. Trop badass.


* «Badass»

Adjectif (anglais badass). Se dit d’une personne ou d’un animal dont l’attitude, l’apparence ou le comportement extrêmes le rendent cool. Ex.: Chuck Norris.


Episode précédent:

Le ratel, terreur des savanes

Dossier
Les animaux les plus badass du monde sauvage

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST