ESPACE

Curiosity rendu autonome au travail sur Mars

Le robot américain qui explore la planète rouge peut désormais sélectionner les cibles à analyser de lui-même à l’aide de son instrument à laser

Curiosity continue son exploration de la planète Mars. Et il a récemment gagné en autonomie. Un communiqué de la NASA explique que le robot peut maintenant choisir librement quels rochers cibler avec son laser spectrométrique. C’est la première fois qu’un choix autonome est possible sur un instrument du genre pour une mission robotique extraterrestre.

Arrivé sur la planète Mars en 2012, Curiosity fait partie de la mission Mars Science Laboratory. Le robot de 899 kg contient de multiples instruments scientifiques. Il est entre autre équipé d’un laser et d’un instrument servant de caméra et d’analyseur chimique appelé ChemCam. Situé sur le mât central du robot, ce dernier permet d’analyser la composition des rochers et du sol alentour, dans un rayon de sept mètres.

A ce jour, ChemCam a analysé plus de 1400 cibles indique la NASA dans son communiqué du 21 juillet. Pour ce faire, un laser est activé sur la zone à analyser et un spectromètre enregistre la longueur d’onde obtenue. Cette information permet aux scientifiques d’identifier la composition chimique de la cible.

Bien que la plupart de ses objets soient encore sélectionnés par les scientifiques sur Terre, grâce aux images que le robot leur envoie, Curiosity choisit maintenant aussi de lui-même plusieurs fois par semaine les zones à étudier. Ceci est possible grâce au programme AEGIS (Autonomous Exploration for Gathering Increased Science).

«AEGIS donne une opportunité supplémentaire d’utiliser ChemCam, de faire plus, quand l’interaction avec les scientifiques est limitée, rapporte Olivier Gasnault, chef des opérations scientifiques sur ChemCam, affilié à l’institut de recherche en astrophysique et planétologie de l’Université de Toulouse. Cela ne remplace pas mais complète une fonctionnalité existante.»

Les informations qui transitent entre le robot sur Mars et les scientifiques sur Terre mettent un certain temps à arriver à leur destinataire. Dorénavant, Curiosity n’aura plus besoin d’attendre, avant d’agir, que les scientifiques reçoivent les images qu’il leur envoie et prennent une décision en conséquence.

Des critères ajustables

Pour sélectionner sa cible, AEGIS utilise des critères ajustables, spécifiés au préalable par les scientifiques (selon la luminosité ou la taille du rocher par exemple). Ces critères sont modifiés selon l’environnement dans lequel se trouve le robot et les objectifs de mesure du moment.

Le programme AEGIS avait déjà été utilisé en 2010 pour le robot Opportunity. Cependant, ce robot l’utilisait moins fréquemment et pour des instruments très différents. Il ne s’agissait pas de laser mais uniquement de photos, prises de manière autonome.

Publicité