SCIENTOSCOPE

Cynodontes, flammes bleues et étoiles poussièreuses: la science en images

Chaque semaine – ici la 40e de l'année –, «Le Temps» choisit les plus belles images qui racontent les avancées scientifiques annoncées durant les derniers jours

29.09.2016 - Le virus Zika retrouvé dans les spermatozoïdes

Dans une lettre publiée dans la revue The Lancet Infectious Diseases, des chercheurs français révèlent la présence du virus Zika à l'intérieur des spermatozoïdes (en vert sur l'image). Ceux-ci rapportent le cas d'un homme de 32 ans de retour de Guyane française avec les symptômes évocateurs d'une infection par le virus Zika. Des échantillons de sperme, de sang et d'urine lui ont été prélevés et analysés durant 141 jours. Les résultats de l'analyse indiquent que le virus a été retrouvé dans tous les échantillons jusqu'au 37ème jour. Au-delà, le virus est détecté uniquement dans le sperme, où il peut persister jusqu'à plus de 130 jours, sans pour autant que le patient ne s'en porte mal. Un résultat confirmé chez deux autres patients pour lesquels le virus a persisté de 69 à 115 jours. Reste à déterminer le degré d'activité du virus Zika présent dans les spermatozoïdes, ainsi que la capacité de ceux-ci à transmettre l'infection. (©Elsa Suberbielle, CPTP / Inserm) -> Plus d'infos


30.09.2016 Les océans, clés de la compréhension du magnétisme terrestre

Les courants océaniques exercent une influence sur le champ magnétique terrestre. Cette influence étant relativement faible, elle restait difficilement observable depuis l'espace. Mais l'an dernier, un groupe de chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a montré que l'observation de ces phénomènes, si elle était réalisable, permettait d'en savoir plus sur les différentes couches du manteau terrestre. A l'aide de mesures effectuées par les satellites de l'Agence spatiale européenne (ESA) et de la mission CHAMP, les scientifiques EPFZ ont ainsi été en mesure d'imager l'activité électrique à l'intérieur la couche supérieure du manteau de la Terre. Les résultats de l'étude ont été publiés le 30 septembre dans Science Advances. (ESA) -> Plus d'infos


01.10.2016 - Le robot Curiosity poursuit son aventure martienne

Cela fait maintenant quatre ans que Curiosity arpente le sol du cratère de Gale. Le 1er octobre dernier, le robot d'exploration de la NASA est entré dans la seconde extension de sa mission. Son nouvel objectif sera d'étudier la stratification géologique du sol à la base du Mont Sharp, là où se trouvent des argiles vieilles de plusieurs milliards d'années et qui seraient apparues alors que l'eau abondait sur Mars. En plus cette nouvelle mission, le robot trouve même le temps de se prendre en selfie, pour le plaisir de nos yeux (©NASA). -> Plus d'infos


02.10.2016 - Un tourbillon de flammes bleues inédites

Ils l'ont baptisé le «Tourbillon bleu». Décrivant leurs travaux dans une étude publiée dans la revue PNAS, des chercheurs de l'Université du Maryland indiquent avoir découvert une nouvelle forme de flamme, si chaude et si intense que le carburant la nourrissant a disparu très rapidements, comme s'il s'était évaporé. Une observation jamais réalisée auparavant. (University of Maryland)-> Plus d'infos


05.10.2016 - Des étoiles cachées dans la poussière

Sur cette nouvelle image de la nébuleuse Messier 78  (centre de l'image), les jeunes étoiles diffusent une lumière bleutée au sein de leur environnement proche, tandis que les étoiles naissantes de couleur rouge émergent de leurs cocons de poussière cosmique. Masquées par la poussière, ces étoiles sont pour la plupart invisibles à l'oeil nu. Seul un instrument tel que le télescope VISTA, de l'European Southern Observatory (ESO), est en mesure de sonder cette poussière, et d'ainsi aider les astronomes à percer les secrets de l'environnement stellaire. (©ESO)-> Plus d'infos


05.10.2016 - Deux cynodontes pour expliquer l'avènement des mammifères

Deux nouvelles espèces de cynodontes ont été découvertes. Egalement connu sous le nom de "reptile mammalien" , le cynodonte aurait vécu durant la période du Triassique, il y a 230 millions d'années. Selon une étude parue dans la revue Plus One, cette découverte devrait permettre de retracer l'évolution de la clade - comprenez l'ensemble des descendants - qui a donné naissance aux mammifères. A l'image, la mâchoire d'un fossile de l'un des cynodontes découverts. (©Jorge Blanco)-> Plus d'infos


05.10.2016 - La migration de reproduction des anguilles européennes enfin révélée

Le programme EELIAD lève le voile sur le mystère de la reproduction de l'anguille européenne, l'une des espèces de poisson les moins connues au monde. Financé par l'Union européenne, le programme de recherches réunit des chercheurs provenant de 12 laboratoires du continent. Leur objectif: étudier le comportement et les migrations océaniques de l'anguille européenne. Pour ce faire, les chercheurs ont équipé plus de 700 anguilles de capteurs leur permettant de suivre leur migration, des rivières européennes à la zone de ponte située en mer des Sargasses (nord-ouest de l'Atlantique), 6000 kilomètres plus loin. Résultat: les anguilles nagent à une vitesse moyenne de 20 kilomètres par jour, soit une vitesse plus lente que celle attendue. Cela remet en cause l'idée établie depuis près de 100 ans selon laquelle les anguilles effectuent une migration rapide et courte leur permettant d'arriver sur les zones de ponte en mai, soit six mois après leur départ d'Europe. (©J.Gernigon.) 


05.10.2016 - L'ouragan Matthew sous son pire visage

Il fait peur, l'ouragan Matthew. Sur ce cliché de la Nasa, pris à l'infrarouge, le phénomène météorologique ressemble à un crâne sorti tout droit de la cover d'un album d'Iron Maiden. C'est Sun Ostro, météorologiste

sur la chaîne The Weather Channel, qui a posté cette image terrifiante sur Twitter.


06.10.2016 - Une plante qui cache bien son jeu

Décidément, certaines plantes cachent bien leur jeu. Décrite dans la revue «Current Biology», la plante parachute attire des mouches carnivores  au centre de son corps en forme de cône en leur faisant croire que des insectes blessés gisent à l'intérieur de celui-ci. Lorsque les mouches sont piégées, elles ne peuvent sortir avant que la plante ne soit fanée.  

Publicité